Gestion de la fiscalité de l’entreprise

Index » La gestion d'entreprise » Gestion de la fiscalité de l’entreprise

La fiscalité de l’entreprise est une préoccupation majeure du chef d’entreprise compte tenu de la diversité des impôts et taxes existants et de la complexité de la législation fiscale.

Le coin des entrepreneurs vous propose des guides pratiques sur le fonctionnement de la fiscalité des entreprises : la TVA, l’imposition des bénéfices (impôt sur les sociétés / imposition au nom des associés), la contribution économique territoriale (CFE et CVAE), les taxes et contributions sur le salaires (taxe d’apprentissage, contribution à la formation professionnelle…), la TVS, la taxe sur les salaires…

Vous retrouverez également dans cette thématique des fiches techniques consacrées aux crédits d’impôts pour les entreprises, ainsi que de l’information concernant la fiscalité propre aux dirigeants d’entreprises et aux associés de sociétés : l’imposition des dividendes, l’imposition du gérant de SARL, l’imposition du président de SAS, l’imposition de l’entrepreneur individuel

Retour à la rubrique : Gestion d’entreprise

Comment déposer une réclamation contentieuse ?

Réclamation contentieuse auprès de l'administration fiscale

À la suite de votre contrôle fiscal, vous recevez des avis d’impositions en matière d’impôt sur le revenu et de prélèvements sociaux et/ou un avis de mise en recouvrement (AMR) au regard de l’impôt sur les sociétés, de la TVA ou encore des droits d’enregistrement. Parce que vous n’avez pas pu ou su réagir au cours de la procédure de vérification, vous estimez que les rappels d’impôts sont contestables, totalement ou au moins en partie. En application de l’article R* 190-1. du Livre des procédures fiscales (LPF), vous avez la possibilité de déposer une réclamation contentieuse auprès du Service qui a procédé à votre contrôle. Les grands principes à connaître à propos de la réclamation contentieuse Que se passe-t-il après […]

Les conséquences fiscales du changement d’objet social

En principe, le changement d’objet social d’une entreprise entraîne les mêmes conséquences fiscales qu’une cessation d’activité lorsqu’il consiste en un changement d’activité réelle. Ce changement donne lieu à l’imposition immédiate de tous les bénéfices et de toutes les plus-values non encore imposées, et la perte des déficits non encore reportés. Toutefois, un mécanisme d’atténuation fiscale permet d’éviter l’imposition immédiate de plusieurs profits. Quelques rappels concernant le changement d’objet social L’objet social d’une société est déterminé dans ses statuts, il s’agit d’une mention obligatoire. Lors de l’établissement des statuts, la rédaction de la clause relative à l’objet social doit être effectuée avec beaucoup de précautions. Tout changement d’objet social implique une décision collective des associés. Lorsque le changement est adopté, des formalités doivent […]

La fiscalité applicable aux chauffeurs VTC

Comme tout professionnel indépendant, le chauffeur VTC est assujetti à plusieurs impôts et taxes dans le cadre de son activité professionnelle. Le chauffeur VTC doit donc s’informer, dès le lancement de son activité, sur la fiscalité qui lui sera applicable et faire le point à ce sujet avec son expert-comptable. Ce dossier vous propose une étude de la fiscalité applicable aux chauffeurs VTC portant sur les principaux impôts et taxes pouvant les concerner : la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), la taxe sur les véhicules de sociétés (TVS), l’imposition des bénéfices et la cotisation foncière des entreprises (CFE). Chauffeurs VTC : La TVA à facturer aux clients En matière de TVA collectée, le chauffeur VTC doit appliquer les règles suivantes : Lorsqu’il propose […]

Le relevé de frais généraux (imprimé n°2067-SD)

Les entreprises doivent établir au titre de chaque exercice une liasse fiscale (déclaration de résultat et tableaux fiscaux annexes). Suivant les cas, les entreprises doivent intégrer dans leur liasse fiscale un relevé de frais généraux (imprimé n°2067-SD) afin d’apporter des précisions sur certaines dépenses. Le relevé de frais généraux, qu’est-ce que c’est ? Le relevé des frais généraux sert à déclarer certaines dépenses à l’administration fiscale, notamment les rémunérations des personnes les mieux rémunérées au sein de l’entreprise, leurs dépenses de voyage et de déplacement, les dépenses de réception (restaurant, spectacles) ou de cadeaux. Toutes les entreprises n’ont pas l’obligation de compléter et de transmettre le relevé des frais généraux, des conditions sont prévues. Quelles sont les entreprises concernées par le relevé des frais […]

Vérification de comptabilité : deux grands principes à connaître

L’administration fiscale a décidé de procéder à la vérification de comptabilité de votre entreprise. Sans minimiser l’importance de ce contrôle et ses conséquences financières éventuelles, point n’est besoin de paniquer outre mesure. En toute hypothèse, il apparaît opportun de décrypter deux grands principes essentiels attachés à ce contrôle professionnel. La durée de la vérification sur place Le nombre de visites de l’inspecteur varie en moyenne de trois minimum à douze maximum, en fonction de la taille de l’entreprise et de la nature de l’activité exercée. Cependant, la durée des interventions ne peut pas dépasser 3 mois si vos chiffres d’affaires annuels hors TVA réalisés au cours des années soumises à vérification n’excèdent pas les montants suivants : 783 000 € […]

Vous recevez un avis de vérification : les règles du jeu à savoir

En tant que dirigeant d’une entreprise individuelle ou en qualité de gérant ou de PDG de votre société, vous êtes susceptible un jour ou l’autre de recevoir un avis de vérification de comptabilité (avis n° 3927-SD). Même si vous décidez de vous faire assister par le biais de votre Expert-comptable et/ou d’un Avocat fiscaliste, vous devez connaître les règles du jeu qui président en la matière. Le fisc a l’obligation de vous informer au préalable Sauf cas très exceptionnels dans lesquels l’administration fiscale se donne les moyens de venir à l’improviste dans le cadre d’un contrôle dit « inopiné » (si elle dispose d’éléments solides, de nature à soupçonner des malversations comptables), vous êtes obligatoirement avisé avant tout, par un avis de […]

Le fisc confirme sa position suite à votre réponse à la proposition de rectification n° 2120-SD : Que faire ?

Suite à la contestation formulée dans votre réponse à la proposition de rectification n° 2120-SD, l’inspecteur ou le contrôleur des Finances publiques vous fait savoir qu’il maintient tout ou partie de ses redressements. Ce courrier revêt encore plus d’importance. En effet, il acte la fin de votre contrôle fiscal, dit « sur pièces« , en vous présentant en quelque sorte la « note à payer » correspondant aux rappels d’impôts mis à votre charge. Ce dernier acte de procédure (intitulé « réponse aux observations du contribuable » n° 3926-SD) doit être analysé scrupuleusement Chaque situation est par définition particulière. Mais finalement, le contrôle s’achève toujours de deux manières… Évacuons tout de suite le cas idyllique (soit au maximum 15 % des dossiers en moyenne) : L’administration fiscale vous […]

Proposition de rectification n° 2120-SD : Savoir y répondre

Si vous recevez à titre professionnel ou personnel ce genre de courrier, point n’est besoin de paniquer outre mesure. A contrario, gardez-vous bien de penser que tout peut s’arranger d’un coup de baguette magique. Sauf si vous êtes d’accord avec les redressements proposés, vous vous trouvez dans une procédure où il faut savoir prendre le temps nécessaire pour répondre obligatoirement par écrit, dans les délais. Cette proposition de rectification doit être décryptée à la loupe La motivation des rehaussements développée dans la proposition de rectification doit être analysée minutieusement « mot à mot ». Si vous estimez que le contrôleur ou l’inspecteur des Finances publiques a raison en tous points (en toute objectivité, cela arrive parfois …), ce n’est même pas la […]

Contrôle fiscal « sur pièces » : opération décryptage

Bien que vous n’ayez pas fait l’objet d’une vérification de comptabilité ou d’un examen de comptabilité ou encore d’un examen contradictoire de situation fiscale personnelle (ESFP), l’administration fiscale peut très bien sans prévenir au préalable, vous adresser une proposition de rectification. Il s’agit d’un simple « contrôle sur pièces » moins contraignant, mais utilisé très souvent par les Agents des Finances publiques. Et les conséquences s’avèrent les mêmes qu’à la suite d’un contrôle fiscal plus approfondi. Pourquoi un contrôle « sur pièces » ? La décision prise par un contrôleur ou un inspecteur d’approfondir votre dossier professionnel ou personnel n’est pas due au hasard. La raison essentielle résulte d’anomalies apparentes constatées dans vos diverses déclarations déposées, par rapport aussi parfois aux sources d’informations détenues […]

Savoir utiliser la « mention expresse » pour éviter les intérêts de retard

Vous estimez avoir droit au bénéfice d’une disposition fiscale pour votre entreprise ou au plan personnel. Ce peut être indifféremment d’une part, à titre professionnel une charge spécifique pour un exercice donné, voire une exonération totale ou partielle au titre d’un impôt ou d’une taxe quelconque, d’autre part, à titre personnel, une réduction ou un crédit d’impôt. Mais vous n’êtes pas tout à fait certain de votre coup tant les textes en la matière s’avèrent un peu confus. Pour dormir tranquille et éviter les ennuis avec l’administration fiscale, sachez utiliser à bon escient le dispositif dit de la « mention expresse ». Fondement légal du dispositif Cette formulation abstraite signifie concrètement que l’intérêt de retard n’est pas applicable au rappel d’impôt afférent […]

Le fisc vous interroge par écrit ? Pensez à répondre

En tant que responsable d’une entreprise, vous êtes appelé un jour ou l’autre à recevoir une demande de renseignements ou de justifications de la part de l’administration fiscale. Elle peut bien sûr concerner directement votre activité professionnelle et notamment vos déclarations de résultats et de chiffres d’affaires. Mais les Agents des Finances publiques sont appelés évidemment aussi à s’intéresser de très près à vos déclarations d’ensemble des revenus. Voici un mode d’emploi pour éviter d’éventuels désagréments. Les demandes de renseignements (imprimé n° 751) Même s’il dispose de plus en plus d’informations grâce aux fichiers informatiques croisés et aux déclarations préremplies, votre Centre des Finances publiques se donne toujours le droit de vous questionner aussi bien sur un point assez banal (nature […]

La déclaration IFU (imprimés 2561)

La déclaration IFU, composée des imprimés 2561, 2651 bis, 2561 ter et 2561 quater, doit être établie annuellement par tous les établissements qui versent des revenus de capitaux mobiliers et pour chaque personne qui les reçoit. Ces revenus comprennent notamment les dividendes et les intérêts des comptes courants d’associés. Le coin des entrepreneurs vous explique comment remplir et transmettre vos déclarations IFU. A quoi sert la déclaration IFU ? La déclaration IFU récapitule tous les revenus de capitaux mobiliers perçus par chaque bénéficiaire de la part d’un établissement payeur. On retrouve notamment dans les éléments à déclarer les dividendes et les intérêts des comptes courants d’associés versés aux associés. Ces informations sont envoyées à l’administration fiscale et aucun règlement n’est demandé à […]

La fiscalité du crédit-bail immobilier

Une opération de crédit-bail immobilier est régit par des règles fiscales particulières, que ce soit au niveau du bailleur ou du locataire. Voici la fiscalité applicable à une opération de crédit-bail immobilier. Fiscalité en cours de crédit-bail immobilier Durant la période de location prévue dans le contrat de crédit-bail immobilier, le locataire verse des loyers au bailleur. Fiscalité du bailleur sur les loyers Les loyers perçus sont assujettis à la TVA au taux normal d’imposition et ils constituent des produits imposables. Fiscalité du locataire sur les loyers En principe, les loyers versés par le locataire sont des charges déductibles du résultat fiscal. Toutefois, lorsque le prix prévu dans la levée d’option est inférieur au prix du terrain (pour les contrats conclus à compter du 1er janvier 1996), […]

Dématérialisation des déclarations fiscales

La dématérialisation des déclarations fiscales consiste à adresser par voie électronique les déclarations à l’administration fiscale (la dématérialisation entraînant à la fois la télé-déclaration et le paiement automatique sous forme de prélèvement). C’est une tendance qui s’est accélérée ces dernières années, l’évolution de la réglementation rendant cette pratique de plus en plus à obligatoire. L’évolution de la réglementation L’évolution de la réglementation ces toutes dernières années rend obligatoire les télé-déclarations pour les entreprises, puisque quelle que soit leur taille, elles y sont de plus en plus contraintes et cela pour un champ toujours plus large de déclarations fiscales. Par exemple, pour la TVA, le seuil de chiffre d’affaires obligeant à télé-déclarer a été progressivement abaissé ces dernières années. Fixé à […]

La C3S : calcul, déclaration et paiement

La C3S, Contribution Sociale de Solidarité des Sociétés, est une contribution qui doit être payée chaque année par les entreprises qui réalisent un chiffre d’affaires hors taxes supérieur à 19 millions d’euros. Ce dossier vous présente le fonctionnement de la C3S ainsi que les formalités de déclaration et de paiement attachées à cette contribution. Les entreprises redevables de la C3S Toutes les personnes morales de droit public ou privé ayant une activité dans le secteur concurrentiel sont soumises à la C3S. Le chiffre d’affaires à prendre en compte correspond à celui qui est déclaré au service des impôts. Certaines entreprises échappent à la C3S mais les cas sont peu fréquents, il s’agit notamment : des sociétés de rédacteurs de presse, des […]

Comment réduire la CET ?

La CET (Contribution Economique Territoriale) est composée de deux éléments : la CVAE qui est une contribution calculée sur la valeur ajoutée et la CFE qui est une cotisation assise sur les biens fonciers. Pour réduire la CET, il convient donc de réduire la CVAE et/ou de réduire la CFE.   2. Réduire le montant de la CVAE Le calcul de la CVAE s’effectuer de la manière suivante : valeur ajoutée * taux Le taux à utiliser dépend du montant du chiffre d’affaires réalisé par l’entreprise. Il est donc difficile de réfléchir à une réduction de la CVAE par ce biais et le plus souvent, la réduction du taux résulte d’une situation non souhaitée : la baisse de l’activité. Pour réduire le montant […]

L’obligation de télédéclaration

Depuis le 1er octobre 2012, l’obligation de télédéclaration pour les entreprises s’est considérablement élargie. Mais il ne s’agissait là que d’un petit pas vers le processus de dématérialisation engagé par l’administration et qui concernera à terme l’ensemble des entreprises (peu import le régime fiscal et le chiffre d’affaires réalisé). Rappels sur la télédéclaration Deux méthodes peuvent être utilisées par les entreprises pour remplir leurs obligations en matière de télédéclaration fiscale et de télépaiement : La télédéclaration en mode EFI : L’entreprise effectue elle-même ses télédéclarations et ses télépaiements en utilisant le portail impôt.gouv (il convient de se créer un compte utilisateur) La télédéclaration en mode EDI : Un intermédiaire (expert comptable par exemple) transmet à l’administration fiscale les données déclaratives et […]

La fiscalité des véhicules de tourisme

Le coin des entrepreneurs vous présente un article technique sur la fiscalité des véhicules de tourisme de l’entreprise, avec notamment la TVS, la TVA et les amortissements comptables. Les sociétés sont parfois amenées à acquérir des véhicules de type « particulier » (notamment des véhicules de tourisme, des véhicules commerciaux, des voitures Canadiennes, des breaks et des minibus de moins de dix places disposant de deux points d’ancrage à l’arrière). Or, ces acquisitions ne sont pas sans effet au regard de la fiscalité. En effet, l’entreprise devient éventuellement redevable de la taxe sur les véhicules de tourisme, elle perd le bénéfice de la déduction de la T.V.A sur la facture d’achat et les amortissements sont susceptibles de faire l’objet d’une réintégration extracomptable. […]

Fonctionnement de la DES

Depuis le 1er janvier 2010, les entreprises françaises fournissant des services à des sociétés établies dans d’autres Etats membres de la Communauté européenne, doivent établir une « déclaration européenne de services » qui récapitulera les opérations réalisées. Cette déclaration doit être transmise à l’administration des douanes qui en assure la collecte afin de permettre le contrôle de la taxation à la TVA des prestations de services intracommunautaires. 1. Qui est tenu d’effectuer une DES ? Toute entreprise fournissant des services intracommunautaires (uniquement la vente de services) à un preneur assujetti établi dans un autre état membre de l’Union Européenne est tenue d’effectuer cette déclaration. Les services suivants ne sont toutefois pas visés : Services des agences de voyage ; Services se rattachant […]

La contribution sur les revenus locatifs : comment ça marche ?

Les loyers d’immeubles achevés depuis plus de quinze ans sont susceptibles de supporter une contribution appelée contribution sur les revenus locatifs (CRL). Le coin des entrepreneurs vous explique comment fonctionne cette contribution : qui est concerné ? quels sont les revenus imposables ? comment la contribution est-elle calculée ? existe-t-il des exonérations ? quelles sont les modalités d’imposition ? Contribution sur les revenus locatifs : qui est concerné ? Cette contribution n’est due que par les personnes morales passibles de l’impôt sur les sociétés, les organismes sans but lucratif (association loi 1901), personnes morales non imposables et sociétés de personnes dont un membre au moins est soumis à l’impôt sur les sociétés. Ceci concerne donc certaines Sociétés Civiles Immobilières dont […]

L’option pour l’IR des sociétés soumises à l’IS

Les bénéfices fiscaux des sociétés anonymes (SA), des sociétés par actions simplifiées (SAS) et des sociétés à responsabilité limitée (SARL) sont normalement imposées à l’impôt sur les sociétés. Toutefois, ces sociétés ont la possibilité d’opter temporairement pour le régime des sociétés de personnes (ou option pour l’IR en présence d’associés personnes physiques). Depuis la loi de modernisation de l’économie du 4 août 2008, les SA, SAS et SARL peuvent désormais opter pour la transparence fiscale, c’est-à-dire l’imposition à l’impôt sur le revenu (IR) pour les associés personnes physiques, si elles remplissent les conditions suivantes : exercer à titre principal une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale, à l’exclusion de la gestion de son propre patrimoine mobilier ou immobilier, ne pas […]

Crédit d’impôt formation du dirigeant

Les entreprises qui exposent des dépenses de formation en faveur de leurs dirigeants peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt. Le montant de ce crédit correspondra au nombre d’heures de formation suivie multiplié pour le taux horaire du SMIC, dans la limite de 40 heures par année civile. Qui a droit au crédit d’impôt formation dirigeant ? Le dispositif du crédit d’impôt pour dépenses de formation des dirigeants est ouvert aux entreprises industrielles, commerciales, artisanales, libérales ou agricoles soumises à l’impôt sur les sociétés ou à l’impôt sur le revenu selon le régime du bénéfice réel. Ensuite, les dirigeants susceptibles d’entrer dans le dispositif du crédit d’impôt pour dépenses de formation sont les exploitants individuels, les gérants, les présidents du conseil d’administration […]

Le changement de régime fiscal de l’entreprise

Pour diverses raisons, une société pourra, au cours de son existence, changer de régime fiscal à condition toutefois que cela soit possible. Le changement de régime fiscal signifie que la société passera d’une imposition de ses résultats à l’impôt sur les sociétés au régime des sociétés de personnes, ou l’inverse. Les causes du changement de régime fiscal Diverses raisons peuvent conduire une société à changer de régime fiscal : Transformation en une autre forme sociale, changement d’activité ou encore optimisation de l’imposition des bénéfices. D’autres cas entraînent l’obligation de changer de régime fiscal, comme par exemple : La fin du délai de 5 ans permettant aux SAS et aux SARL (en dehors des SARL de famille) d’opter pour le régime des sociétés de personnes ; […]


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
dolor sit adipiscing ipsum id dictum