Index » Le financement d'une création d'entreprise » Les financements bancaires » Les critères retenus par les banques pour accorder un prêt professionnel

Les critères retenus par les banques pour accorder un prêt professionnel

Lorsque vous déposer une demande de prêt bancaire professionnel, la banque va analyser le dossier que vous lui soumettez. Pour déterminer sa qualité et son niveau de risque, elle va notamment calculer différents ratios et indicateurs financiers. Au final, les résultats vont lui permettre d’émettre un avis sur votre financement (accord ou refus) et de définir les caractéristiques de votre prêt (montant et taux d’intérêt notamment). Anticipez cette analyse en découvrant quels sont les critères retenus par les banques pour accorder un financement professionnel.

criteres accord banque financement pret pro

Les banques vont étudier votre capacité d’autofinancement

La CAF, qu’est-ce que c’est ?

La capacité d’autofinancement est un élément important de votre projet. Elle permet de déterminer le niveau de ressources que votre activité dégagera grâce à son exploitation et aux modes de financement de ses activités. Elle représente un indice de rentabilité.

D’un point de vue bancaire, la CAF sert à calculer la capacité de remboursement d’une entreprise et donc, indirectement, sa capacité d’emprunt.

Comment calculer la capacité d’emprunt avec la CAF ?

La capacité d’emprunt de votre entreprise peut se calculer comme suit :

Endettement bancaire = Capacité d’autofinancement * Nombre d’années de remboursement

Plusieurs méthodes existent pour calculer une CAF. Cette donnée correspond à la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables. En partant du résultat net, il convient :

  • De rajouter les dotations aux amortissements et aux provisions et les valeurs nettes comptables d’éléments d’actifs cédés,
  • Et de soustraire les reprises sur provisions et amortissements, la quote-part de subvention virée au compte de résultat et les produits de cessions d’éléments d’actifs.

Comment votre dossier sera-t-il jugé par la banque ?

Les banques considèrent que votre dossier est :

  • Bon si le nombre d’années est inférieur ou égal à 3,
  • Moyen s’il est compris entre 3 et 10,
  • Et risqué s’il s’étend au-delà de 10 ans.

Ces chiffres peuvent, bien évidemment, varier en fonction de la nature de votre projet. Par exemple, pour un projet immobilier, une banque ne rencontrera généralement aucun frein à vous financer sur 15 voire 20 années. Pour se protéger contre le risque d’impayé, elle constituera, en contrepartie, des garanties bancaires (hypothèque sur le bien immobilier notamment).

Les banques vont analyser le montant de vos fonds propres

La capacité de votre entreprise à rembourser ses dettes n’est pas la seule variable étudiée par votre banque. Celle-ci regarde également d’autres indicateurs comme votre taux d’endettement global.

Le taux d’endettement, qu’est-ce que c’est ?

Cette variable mesure l’importance de votre endettement professionnel au regard de vos fonds propres. Le calcul de ce taux présente plusieurs intérêts pour une banque.

Il lui permet notamment :

  • D’évaluer l’étendue de votre engagement personnel (au plus vous apportez de fonds propres, au plus vous montrerez que vous croyez aux chances de réussite votre projet) ;
  • Et de mesurer le degré de solvabilité de votre entreprise. (les capitaux propres représentent le gage des créanciers et les banques finiront par se l’approprier en cas d’échec du projet).

Comment calculer le taux d’endettement de son entreprise ?

Le taux d’endettement professionnel d’une entreprise se calcule de la façon suivante :

Taux d’endettement = Dettes financières / Capitaux propres

Les dettes financières comprennent non seulement le montant que vous demandez à titre de prêt bancaire mais également :

  • Les comptes courants d’associés non-bloqués,
  • Et toutes les autres dettes que vous contractez…

Quel doit être le niveau du taux d’endettement de votre entreprise ?

Dans les « excellents » dossier, le taux d’endettement ne dépasse pas 30%. Les dossiers « moyens », quant à eux, font ressortir un taux compris entre 30 et 75%. Enfin, les dossiers risqués dépassent les 75%.

Les banques vont prendre connaissance de votre excédent brut d’exploitation

C’est le dernier critère pris en compte par les banques pour octroyer un financement. Toutefois, il faut avoir à l’esprit qu’il n’est généralement pas décisif. Les deux premiers critères (présentés ci-dessous) prévalent largement.

Avec votre EBE, les banques calculent un ratio de couverture des intérêts financiers :

Ratio de couverture des intérêts = Excédent brut d’exploitation / Intérêts financiers

Votre dossier sera qualifié de « bon » si le résultat est supérieur à 8, « moyen » s’il est compris entre 2 et 8 et « risqué » s’il est inférieur à 2.

Les critères présentés ici ne sont pas les seuls éléments qui seront analysés par votre banque. Pou réussir votre demande de financement professionnel, vous devrez également :

  • Monter un business plan solide et cohérent,
  • Construire un prévisionnel financier sain et équilibré,
  • Et présenter l’ensemble de façon claire et agréable à lire.


Vous avez besoin d’un financement professionnel ? Nous vous accompagnons dans le montage de votre dossier, la recherche et l’obtention de votre financement : Demander un financement professionnel

A lire également sur le thème du financement :

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs

Dirigeant d'une société spécialisée dans l'édition et la gestion de sites internet sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise. Mémorialiste en expertise comptable.



Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
consequat. Donec at mattis quis, neque. elementum