Index » Nos guides par métier » Webdesigner » Comment créer une entreprise de web design ?

Comment créer une entreprise de web design ?

Si vous envisagez de vous lancer dans l’aventure entrepreneuriale en tant que web designer indépendant, vous aurez à créer votre entreprise. Le parcours de création d’une entreprise de web design se caractérise par une succession d’étapes. Mais, au préalable, plusieurs choix sont à faire. Ensuite, vous devrez accomplir des formalités juridiques. Au passage, vous aurez peut être intérêt à faire un business plan.

Voici un dossier qui récapitule les étapes de création d’une entreprise de web design :

  1. Effectuer des choix de création,
  2. Réaliser un business plan,
  3. Immatriculer l’entreprise.
creation entreprise web design

Les choix de création à effectuer avant de créer l’entreprise de web design

Avant de penser à créer votre structure, vous devez effectuer plusieurs choix décisifs. On les appelle des choix de création. Ils sont généralement au nombre de trois mais le plus important d’entre eux est le choix d’un statut juridique.

Choisir un statut juridique pour l’entreprise

Le choix du statut juridique constitue le choix majeur de toute création d’entreprise. En effet, la forme que vous allez retenir va avoir un impact sur toutes les autres caractéristiques de votre entreprise, aussi bien en matière de création que de gestion.

Schématiquement, il existe en France deux grandes familles de statuts juridiques. Une activité de designer web peut s’exercer :

  1. En nom propre au sein d’une entreprise individuelle (EI) éventuellement à responsabilité limitée (EIRL) ou d’une micro-entreprise (ME) ;
  2. En société au sein d’une structure unipersonnelle (SASU ou EURL) ou pluripersonnelle (SAS, SARL, SA, SCA…).

Chaque forme d’entreprise présente des avantages et des inconvénients, y compris au sein d’une même « famille » de statut juridique. Certains critères de votre projet vous permettront toutefois de trouver le statut adapté à votre situation.

Sans trop entrer dans les détails, voici les raisons pour lesquelles un créateur opte pour tel ou tel statut :

StatutAvantages et motifs de recours
Micro-entreprisePermet de tester simplement un projet
Très peu de contraintes administratives
Création, gestion et fermeture peu coûteuses
Entreprise individuelleStatut non limitée par un plafond de recettes (contrairement à la ME)
Obligations comptables, fiscales et juridiques allégées par rapport aux sociétés
Imposition fiscale intéressante si le taux marginal d’imposition à l’IR du créateur ne dépasse pas 30%
EURL ou SARLPatrimoine du ou des associé(s) également protégé(s) contrairement à l’EI ou la ME qui n’ont pas opté pour l’EIRL
Optimisation fiscale possible en matière d’imposition des revenus (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés)
Faible coût de la protection sociale du dirigeant comparé à la SASU/SAS
SASU ou SASCadre juridique très flexible (possibilité d’aménager l’actionnariat)
Contrairement à l’EURL ou la SARL, dividendes non-soumis aux charges sociales
Patrimoine du ou des associé(s) également protégé(s)

Choisir un statut social pour le dirigeant

Le dirigeant d’une entreprise bénéficie d’un statut social particulier. Il peut être assimilé salarié ou non-salarié. Le choix opéré en la matière a un impact sur le montant des cotisations sociales dues sur ses salaires et également sur l’envergure de sa couverture sociale.

Un travailleur non-salarié est généralement moins bien couvert qu’un dirigeant assimilé salarié. Toutefois, il peut généralement se constituer une protection supplémentaire aux frais de l’entreprise (grâce à des contrats « Madelin »). De plus, ses cotisations obligatoires coûtent moins cher.

Bénéficient d’un statut de travailleur non-salarié :

  • Le gérant d’EURL ou le gérant majoritaire de SARL,
  • Le chef d’entreprise individuelle ou de micro-entreprise.

Au contraire, sont assimilés à des salariés :

  • Le président de SASU ou de SAS,
  • Et le gérant minoritaire ou également de SARL.

Choisir un régime fiscal au niveau de l’entreprise (et du dirigeant)

Deux régimes fiscaux existent : l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés. Chaque mode d’imposition des bénéfices présente des avantages et des inconvénients. Toutefois, comme indiqué ci-dessus, le statut juridique que vous avez choisi influe directement sur le régime fiscal de votre entreprise.

L’impôt sur le revenu concerne l’entreprise individuelle (EI), l’EIRL, la micro-entreprise et l’EURL. Seules l’EURL et l’EURL peuvent opter pour l’impôt sur les sociétés;

L’impôt sur les sociétés, quant à lui, s’applique de plein droit à toutes les autres structures : SARL, SAS, SASU… Ces sociétés peuvent opter pour l’impôt sur le revenu pendant une durée maximale de 5 années. Les SARL « de famille » peut opter pour l’IR de façon illimitée.

Le choix entre l’IR ou l’IS dépend de plusieurs paramètres. Il résulte, en général, de calculs et d’une démarche d’optimisation fiscale.

Le business plan à faire au cours du processus de création

Le créateur designer web n’a pas obligatoirement à réaliser un business plan. Ce document ne présente, en général, que peu d’utilité pour ce type d’activité, exempte de nombreux risques. Les investissements à effectuer se résume à l’achat de matériels informatiques et de logiciels (de montants peu significatifs). Toutefois, les banques peuvent l’exiger pour donner une suite à une demande de financement bancaire ou, tout simplement, pour ouvrir un compte bancaire.

Cela dit, le business plan peut vous permettre d’y voir plus clair et de clarifier votre projet. Il vous permet également de le chiffrer pour identifier sa rentabilité et donc vos revenus potentiels. Au final, il pourra vous conforter dans vos choix de création, présentés ci-dessus.

Les étapes d’un business plan de web designer sont généralement les suivantes :

  • Présentation de la demande, de l’offre de services et de la stratégie déployée,
  • Réalisation d’une étude de marché et calcul du chiffre d’affaires prévisionnel,
  • Recensement des frais et charges de toute nature générés par le projet,
  • Établissement d’un compte de résultat, d’un bilan et d’un budget de trésorerie.

L’immatriculation de l’entreprise de web design à demander

Une fois les choix de création effectués et le business plan bouclé, vous pouvez donner naissance à votre entreprise. Pour cela, vous devez demander son immatriculation. La procédure à suivre diffère selon le statut juridique que vous avez choisi.

Immatriculer une entreprise individuelle

Si vous choisissez l’entreprise individuelle, vous aurez à accomplir des formalités simplifiées. En effet, vous n’avez pas à rédiger de statuts constitutifs ni à publier d’annonce légale de création.

Vous devez simplement remplir un formulaire intitulé « P0 PL » prévu pour les professions libérales. Quelques justificatifs doivent être joints au dossier : photocopie de votre pièce d’identité, exemplaire original d’une déclaration de non-condamnation, justificatif de domicile…

Par ailleurs, si vous souhaitez protéger une partie de votre patrimoine personnel, vous devrez opter pour l’EIRL et déposer une déclaration de patrimoine affecté.

L’ensemble du dossier doit être déposé au centre de formalités des entreprises dont vous dépendez.

Immatriculer une société commerciale

La démarche d’immatriculation d’une société commerciale s’avère, en pratique, plus complexe. Pour procéder ainsi, vous devez tout d’abord définir les caractéristiques de votre société (dénomination sociale, siège social, capital social, durée, objet social…). Ensuite, vous devez rédiger un projet de statuts. En fonction des apports prévus, vous aurez à libérer les sommes d’argent promises sur un compte bancaire ouvert au nom de la société en formation. Dès lors, vos statuts devront être mis à jour, finalisés et signés.

Il ne vous restera plus qu’à rédiger et à diffuser une annonce légale de création de société, remplir un formulaire de demande d’immatriculation (M0) puis à déposer votre dossier, accompagné de plusieurs justificatifs, au CFE ou au registre du commerce et des sociétés. Vous recevrez, au final, un extrait Kbis que vous devrez présenter à votre banque pour qu’elle débloque les fonds.

Après avoir créé votre entreprise, n’oubliez pas de souscrire une assurance professionnelle (à minima une RC Pro) et d’adhérer à une association de gestion agréé (AGA) si vous relevez de l’impôt sur le revenu. Faites également un point sur la manière dont vous allez gérer la comptabilité de votre entreprise : allez-vous le faire vous-même ? Ou la déléguer à un expert-comptable ? Comment comptez-vous facturer vos prestations (logiciel, tableur…) ? Etc.

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs

Dirigeant d'une société spécialisée dans l'édition et la gestion de sites internet sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise. Mémorialiste en expertise comptable.



Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
dolor commodo vel, id ut adipiscing ante. Donec id felis