Index » La création d'entreprise » Formes juridiques » Le choix du statut juridique » Pourquoi choisir le régime micro-entreprise ?

Pourquoi choisir le régime micro-entreprise ?

Pour démarrer une activité de prestation de services à titre indépendant, le régime micro-entreprise présente plusieurs avantages pour l’entrepreneur. En effet, la création d’une micro-entreprise est facile et rapide, le taux de prélèvement fiscal et social est relativement faible, l’abattement forfaitaire pour le calcul du bénéfice est souvent intéressant, et la gestion d’une micro-entreprise est ultra-simplifiée.

Le coin des entrepreneurs vous explique pourquoi choisir le régime micro-entreprise pour débuter une activité de prestation de services.

Choisir le régime micro-entreprise pour démarrer une activité indépendante de prestation de services

La création d’une micro-entreprise est facile et rapide

Pour créer une micro-entreprise, les démarches à effectuer dépendent du statut retenu pour l’entreprise. Aujourd’hui, trois structures permettent d’opter pour le régime micro-entreprise :

  • l’entreprise individuelle,
  • l’EIRL,
  • et l’EURL avec un gérant associé unique personne physique.

Lorsque le professionnel choisi de démarrer une micro-entreprise en nom propre ou en EIRL, la démarche est relativement simple pour créer l’entreprise. Il faut effectuer :

  • une déclaration d’activité auprès du centre de formalités des entreprises,
  • et, pour les EIRL uniquement, une déclaration d’affectation de patrimoine.

Par contre, la procédure de création est plus complexe si le professionnel choisi de créer une EURL avec option pour le régime micro-entreprise. Il sera alors nécessaire d’effectuer toutes les démarches nécessaires à la constitution de la société unipersonnelle (rédaction des statuts, annonce légale…).

Le taux de prélèvement fiscal et social est relativement faible

En règle générale, le prestataire de services indépendant engage peu de dépenses pour exercer son activité. Dans cette configuration, où les bénéfices réalisés sont importants, le régime micro-entreprise présente un avantage certain au niveau des cotisations sociales et de l’imposition des bénéfices professionnels.

Le micro-entrepreneur relève du régime micro-social simplifié. Concernant les cotisations sociales, celles-ci sont déterminées par l’application d’un taux sur le montant des recettes encaissées. Pour 2017, ce taux s’élève à :

  • 22,7% des recettes pour les activités de prestations de services (BIC et BNC),
  • 22,5 % des recettes pour les activités libérales relevant de la CIPAV (BNC).

Ainsi, en l’absence de dépenses, le rapport entre le montant de ses cotisations sociales et le revenu du professionnel est très intéressant en comparaison à ce qui s’appliquerait dans d’autres configurations.

L’imposition forfaitaire des bénéfices peut être avantageuse

Le professionnel indépendant qui engage peu de dépenses se voit appliquer un calcul avantageux pour la détermination de son bénéfice professionnel. Ce dernier étant calculé forfaitairement par l’application, sur le montant des recettes encaissées, d’un abattement égal à :

  • 50% pour les activités de prestations de services relevant des BIC,
  • 34% pour les activités libérales.

Concernant le versement fiscal libératoire d’IR, dont le professionnel peut bénéficier sous conditions, les taux appliqués au montant des recettes encaissées sont intéressants. Ils s’élèvent actuellement à :

  • 1,7% des recettes pour les activités de prestations de services relevant des BIC,
  • 2,2% des recettes pour les activités libérales.

La gestion administration et comptable est ultra-simplifiée

Enfin, le dernier avantage important concerne la simplicité de gestion d’une micro-entreprise pour l’entrepreneur.

En optant pour ce régime, la tenue d’une comptabilité n’est pas obligatoire (saisie comptable et comptes annuels). Seul un livre des recettes doit être tenu par le professionnel qui exerce une activité de prestation de services. Le livre des recettes doit mentionner :

  • le détail journalier des recettes,
  • l’identité des clients,
  • le montant des versements,
  • et le moyen de règlement de chaque paiement.

Au titre de chaque facturation d’une prestation de services, le professionnel doit remettre une facture au client. La facture doit comporter toutes les mentions obligatoires requises.

Ce point est développé en détail ici : Gérer sa micro-entreprise.

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise.


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média