Impôt sur les sociétés : calcul et taux de l'IS
Index » La gestion d'entreprise » Droit fiscal » Les bénéfices » Impôt sur les sociétés : taux et calcul de l’IS

Impôt sur les sociétés : taux et calcul de l’IS

Les bénéfices fiscaux réalisés par la plupart des sociétés commerciales (SARL, SAS, et SA notamment) sont en principe imposables à l’impôt sur les sociétés. L’impôt sur les sociétés au moyen de deux taux : le taux réduit, accessible sous conditions, et le taux normal. La loi de finance pour 2018 a instauré une baisse progressive du taux normal de l’IS pour l’établir à 25% à compter de 2022.

Au titre de chaque exercice, il convient de calculer l’impôt sur les sociétés à payer en fonction des différents taux d’imposition existants et des éventuelles contributions additionnelles.

Ce guide vous informe sur les taux d’IS applicables et le calcul de cet impôt.

calcul et taux de l'impôt sur les sociétés

Les taux de l’impôt sur les sociétés

Le taux normal d’IS pour les exercices ouverts en 2017

Pour les exercices ouverts entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2017, le taux normal de l’impôt sur les sociétés en France est fixé à :

  • Pour les entreprises remplissant les critères de la PME communautaire et les conditions permettant de bénéficier du taux réduit d’IS : 15% jusqu’à 38 120 euros, 28% pour la fraction du bénéfice comprise entre 38 120 euros et 75 000 euros, et 33,1/3% au-delà ;
  • Pour les entreprises remplissant les critères de la PME communautaire mais ne pouvant pas bénéficier du taux réduit d’IS : 28% jusqu’à 75 000 euros, et 33,1/3% au-delà ;
  • Pour les autres entreprises : 33,1/3%.

Une PME communautaire est une entreprise qui occupe moins de 250 personnes et dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 50 millions d’euros ou dont le total du bilan annuel n’excède pas 43 millions d’euros.

La baisse progressive du taux normal de l’IS entre 2018 et 2022

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018, une diminution progressive du taux normal de l’IS est mise en place afin de le faire passer à 25% pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022.

Les taux d’IS applicables aux entreprises bénéficiant du taux réduit d’IS

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 38 120 euros15%
De 38 120 euros à 500 000 euros28%
Au-delà de 500 000 euros33,1/3%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 38 120 euros15%
De 38 120 euros à 500 000 euros28%
Au-delà de 500 000 euros31%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 38 120 euros15%
Au-delà de 38 120 euros28%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 38 120 euros15%
Au-delà de 38 120 euros26,50%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2022 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 38 120 euros15%
Au-delà de 38 120 euros25%

Les taux d’IS applicables aux entreprises ne bénéficiant du taux réduit d’IS

Il s’agit ici de toutes les entreprises qui ne bénéficient pas du taux réduit d’IS à 15%, peu importe qu’elles remplissent les critères de la PME communautaire ou non.

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2018 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 500 000 euros28%
Au-delà de 500 000 euros33,1/3%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2019 :

Assiette de calcul de l’ISTaux de calcul de l’IS
Jusqu’à 500 000 euros28%
Au-delà de 500 000 euros31%

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020 : 28% sur la totalité du bénéfice imposable.

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2021 : 26,50% sur la totalité du bénéfice imposable.

Pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2025 : 25% sur la totalité du bénéfice imposable.

Le taux réduit d’IS à 15%

Certaines entités peuvent toutefois bénéficier d’une imposition réduite à 15% sur une première tranche de leur bénéfice (38 120 euros maximum par période de 12 mois). Pour que cela soit possible, ces entités doivent respecter les conditions cumulatives suivantes :

  • leur capital social doit être entièrement libéré,
  • leur capital social doit être détenu de manière continue et pour 75 % au moins, par des personnes physiques ou par une société répondant aux mêmes conditions,
  • et elles ne doivent pas réaliser plus de 7 630 000 euros de chiffre d’affaires hors taxes sur 12 mois.

Nous abordons ce sujet en détail dans cet article : le taux réduit d’IS à 15%

Les taux spécifiques pour certaines impositions

La loi prévoit l’application de taux d’IS spécifiques pour certains profits fiscaux. Voici les principaux cas existants :

  • Sont taxées au taux de 0% les plus-values nettes à long terme réalisées sur les cessions de titres de participations, autres que les titres de sociétés à prépondérance immobilière, sont imposées au taux de 0% (sous réserve de la réintégration d’une quote-part de frais et charges de 12 %) ;
  • Sont taxées au taux de 19% les plus-values nettes à long terme réalisées sur certaines opérations immobilières ;
  • Sont taxées au taux de 15% les autres plus-values à long terme ;
  • Sont taxés au taux de 15% les produits issus de la propriété industrielle.

Les contributions additionnelles sur l’IS

Enfin, le taux global de l’impôt sur les sociétés peut être supérieur au taux normal de l’IS pour les grandes entreprises compte tenu de l’application des contributions additionnelles d’IS :

  • La contribution sociale sur l’IS : elle est calculée au taux de 3,3% sur le bénéfice imposable et ne concerne que les entreprises dont le chiffre d’affaires hors taxes est supérieur à 7 630 000 euros hors taxes et dont l’IS dépasse 763 000 euros ;
  • La contribution exceptionnelle d’IS : elle est calculée au taux de 10,7% sur le montant de l’IS dû et ne concerne que les entreprises dont le chiffre d’affaires hors taxes est supérieur à 250 millions d’euros.

Nous présentons ces deux contributions en détail : la contribution sociale sur l’IS / la contribution exceptionnelle d’IS

Précisions sur le fonctionnement du taux réduit d’IS à 15%

Le taux réduit d’IS à 15% s’applique sur les 38 120 premiers euros de bénéfice, le surplus éventuel étant taxé au taux normal de l’IS.

La tranche de bénéfice imposable à taux réduit égale à 38 120 euros maximum s’apprécie par période de 12 mois. Lorsque l’exercice a durée inférieure ou supérieure à 12 mois, le montant est ajusté en fonction de la durée réelle de l’exercice. Voici deux exemples :

  1. Si une entreprise a un premier exercice d’une durée de 15 mois, la tranche de bénéfice imposable au taux réduit d’IS est égale à 47 650 euros : 38 120 * (15/12) ;
  2. Si une entreprise a un premier exercice d’une durée de 6 mois, la tranche de bénéfice imposable au taux réduit d’IS est égale à 19 060 euros : 38 120 * (6/12) ;

Le calcul de l’impôt sur les sociétés

La base de calcul de l’IS

L’impôt sur les sociétés est calculé sur les bénéfices réalisés en France par l’entreprise au cours de l’exercice annuel. Le calcul du bénéfice imposable se fait à partir du résultat comptable en opérant de la manière suivante :

Base imposable = résultat comptable + réintégrations fiscales – déductions fiscales – déficit restant à imputer

  • Une réintégration fiscale correspond à une charge enregistrée en comptabilité qui n’est pas fiscalement admise en déduction ;
  • Une déduction fiscale correspond en général à un produit enregistré en comptabilité qui n’est pas imposable fiscalement.

Le calcul de l’impôt brut

L’impôt sur les sociétés brut est calculé par application des taux évoqués ci-dessus sur le montant du bénéfice imposable :

IS brut = (QP bénéfice*15%) + (QP bénéfice * taux normal de l’IS) + (QP bénéfice * taux spéciaux)

En pratique, le calcul de l’impôt brut est effectué en utilisant en support le relevé de solde d’IS.

Le calcul du solde d’IS à payer

Une fois que le montant brut de l’IS est calculé, il convient de retrancher toutes les créances fiscales qui peuvent être imputées pour obtenir le solde d’IS à payer. Il s’agit notamment :

  • des réductions d’impôt,
  • des crédits d’impôt,
  • et des acomptes d’IS qui ont été payés.

Solde d’IS à payer = IS brut – créances fiscales imputables

En pratique, le calcul du solde d’IS à payer est effectué en utilisant en support le relevé de solde d’IS. Dans certains cas, il se peut que l’entreprise ait un excédent d’IS.

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise


Comptabilité - facturation


Poster un commentaire

L'équipe du Coin des entrepreneurs met tout en oeuvre pour vous apporter une réponse le plus rapidement possible. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
id felis massa Phasellus neque. vulputate, elementum nec venenatis