Comptabilité

Les entreprises sont tenues de tenir une comptabilité régulière et l’étendue de leurs obligations comptable dépend de leur régime d’imposition. Un point récapitulatif est proposé ici : les obligations comptables des entreprises en fonction de leur régime d’imposition.

Vous retrouverez toutes les informations nécessaires sur les grands sujets liés à la comptabilité des entreprises : le compte de résultat, le bilan comptable, les livres comptables obligatoires, le choix du logiciel de comptabilité, les dates d’ouverture et de clôture de l’exercice comptable, la valorisation des stocks et bien d’autres thématiques.

Nous vous informons également dans cette partie sur les obligations comptables à respecter par type d’entreprise ou par type d’activité :

Gérer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

Les comptes consolidés en comptabilité

La consolidation est une obligation légale qui pèse sur les groupes de sociétés consistant à établir des comptes consolidés et un rapport de gestion du groupe. L’établissement des comptes consolidés est une pratique assez complexe, nécessitant la plupart du temps l’intervention d’un expert. Cet article aura pour objectif de vous expliquer ce que l’on appelle « comptes consolidés », et de présenter globalement qui doit les établir. Qu’appelle-t-on les comptes consolidés ? Les comptes consolidés ont pour objectif de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats, de l’ensemble constitué par une société consolidante et les entreprises qui lui sont liées. En établissant des comptes consolidés, le groupe pourra ainsi bénéficier d’une présentation financière du groupe : Le chiffre d’affaires généré par le […]

Les soldes intermédiaires de gestion (SIG)

Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) permettent d’identifier et d’analyser les éléments ayant contribué à la formation du résultat. Ils permettent de distinguer les éléments liés à la production (activité normale de l’entreprise), ceux liés à l’investissement et au financement (poids de l’endettement) et ceux qui présentent un caractère exceptionnel. Les soldes intermédiaires de gestion peuvent intégrer un business plan établi dans le cadre d’une création ou d’une reprise d’activité. Que comprennent les soldes intermédiaires de gestion ? Les soldes intermédiaires de gestion sont présentées dans un tableau qui calcule étape par étape les indicateurs suivants : la production de l’exercice la marge commerciale la valeur ajoutée l’excédent brut d’exploitation le résultat d’exploitation le résultat financier le résultat courant avant impôt […]

Commissaire aux comptes : les seuils de désignation

A leur création ou compte tenu de leur développement, certaines entités devront obligatoirement nommer un commissaire aux comptes qui sera notamment chargé de certifier ou non les comptes de l’entreprise. Un commissaire aux comptes doit donc être nommé obligatoirement dès le franchissement de certains seuils ou du fait des caractéristiques de l’entité, mais il est également possible de nommer un commissaire aux comptes même si l’entreprise n’y est pas obligé. Nous vous proposons un rappel sur les principales obligations applicables en matière de nomination d’un commissaire aux comptes. La désignation du commissaire aux comptes Tout d’abord, il existe deux motifs qui peuvent engendrer la nomination d’un commissaire aux comptes : Le franchissement de certains seuils ou lorsque l’entité remplit certains critères ; La désignation […]

Le centre de gestion agréé : obligations, adhésion et avantages

Un centre de gestion agréé est un organisme ayant pour objet de fournir aux entreprises industrielles, commerciales, artisanales et agricoles une aide technique en termes de gestion et de formation. Pour les professions libérales, ce rôle appartient aux associations agréées. En cas d’adhésion à un centre de gestion agréé, le chef d’entreprise peut bénéficier, sous certaines conditions, de nombreux avantages fiscaux. Adhérer à un centre de gestion agréé Toutes les entreprises ont la faculté, quelque soit leur régime fiscal (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés) ou leur régime d’imposition (régime simplifié, régime réel…) et quelque soit leur forme juridique (personne morale ou entreprise individuelle), d’adhérer à un centre de gestion agréé. Cependant, les avantages fiscaux sont octroyés, […]

Auto-entrepreneur : Facturation et comptabilité

Les auto-entrepreneurs placés sous le régime fiscal de la micro entreprise (micro BIC ou micro BNC) bénéficient d’importants allègements comptables. Un auto entrepreneur ne doit pas établir de comptes annuels mais simplement tenir un livre mentionnant, de manière quotidienne, les recettes encaissées, ainsi qu’un registre des achats lorsque l’activité exercée consiste en de l’achat-revente. Les auto-entrepreneurs ne doivent pas produire de déclarations de résultats mais doivent tout de même reporter le montant de leurs recettes sur la déclaration 2042 C (la case varie selon l’option éventuelle au prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu). La comptabilité de l’auto-entrepreneur Les auto-entrepreneurs doivent tenir : Un livre journal des recettes : Il  mentionne le montant et l’origine des recettes, de manière quotidienne. Les […]

Le rôle de l’expert comptable

L’expert comptable est un professionnel de la comptabilité dont le rôle va beaucoup plus loin que l’établissement des comptes de l’entreprise : C’est un véritable partenaire du dirigeant qui fournira des conseils en matière juridique, fiscale, sociale, comptable voir même patrimoniale. Le rôle de l’expert comptable est très important pour les entreprises, que ce soit lors de sa création, de son développement ou de sa transmission. Rôle de l’expert comptable pour les créateurs d’entreprise L’expert comptable peut jouer un rôle important en intervenant dans une création d’entreprise, et il peut intervenir bien au-delà que dans le cadre de la réalisation du bilan prévisionnel de l’entrepreneur. En s’appuyant notamment sur les données chiffrées issues des documents prévisionnels, l’expert comptable pourra conseiller […]

Les paiements en espèces : seuils, refus et interdiction

Les paiements en espèces sont possibles mais sous certaines limites. La loi prévoit des plafonds qu’il faut impérativement respecter sous peine de sanctions, des interdictions de paiement en espèces pour certaines transactions, et également un possibilité de refuser un paiement en espèces. Nous vous expliquons ci-dessous toutes les règles que vous devez connaître en matière de paiement en espèces. Les règles encadrant les paiements en espèces Les limites de paiement en espèces sont prévues dans le but de lutter contre la fraude fiscale et contre le blanchiment de capitaux. Actuellement, les paiements en espèces sont autorisés à condition que les sommes ne soient pas supérieures à : 300 euros pour les paiements en espèces de sommes dues aux finances publiques ; 1000 euros […]


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs