Coach sportif : pourquoi et comment construire votre business plan ?

Si vous envisagez de vous lancer en tant que coach sportif indépendant, vous passerez très certainement par la case « business plan ». Contrairement aux idées reçues, il ne vous occasionnera pas qu’une perte de temps. En effet, il permettra de clarifier un certain nombre de points concernant votre projet de création/reprise d’entreprise. Voici pourquoi et comment un coach sportif doit-il construire un business plan.

business plan coach sportif

L’utilité du business plan pour un coach sportif

Le business plan présente plusieurs intérêts pour votre projet de création d’entreprise.

Tout d’abord, il va vous permettre de clarifier vos idées et de mettre en évidence la rentabilité attendue de votre projet. Sa démarche de conception est bénéfique puisqu’elle va vous inciter à vous poser les bonnes questions. En ce sens, le business plan constitue un excellent outil d’aide à la décision. Une fois bouclé, vous aurez validé la plupart de vos choix de création : statut juridique de l’entreprise (entreprise individuelle ou société), régime social du dirigeant (travailleur indépendant ou assimilé salarié), régime fiscal (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés), etc.

Ensuite, le business plan représente un support de communication indispensable. Il permet de convaincre. En effet, c’est grâce à ce document que vous pourrez négocier des crédits bancaires, ou même simplement ouvrir un compte professionnel. Il se peut que vous rencontriez des investissements importants (droit d’entrée dans une franchise, véhicule de fonction…). Or, vous pourrez déterminer précisément votre besoin de financement dans un business plan.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner
Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

La présentation du business plan d’un coach sportif

Traditionnellement, un business plan comprend deux parties. La première, que l’on appelle la partie économique, donne une description du projet. La seconde, la partie financière, le traduit en chiffres.

La partie économique est surtout utilisée pour décrire le projet à des tierces personnes : investisseurs, banquiers… Elle comprend de nombreuses informations comme, par exemple, une présentation du porteur de projet et de son équipe, le business model adopté, l’offre proposée, l’analyse de la concurrence, les moyens de différenciation, etc.

La partie financière figure dans le business plan de tous les coachs sportifs. Son objectif est de démontrer la viabilité et la rentabilité du projet, à un horizon plus ou moins long (en général 3 ans). Elle doit mettre en évidence des ratios et données financières spécifiques en fonction de son destinataire. Elle comprend de nombreuses informations prévisionnelles, comme :

  • Le chiffre d’affaires et les charges (d’exploitation, financières et plus rarement exceptionnelles),
  • Les investissements et les modes de financement.

Le contenu du business plan d’une entreprise de coaching sportif

Le business plan d’une entreprise de coaching sportif doit comprendre, au minimum, 3 tableaux financiers : un bilan, un compte de résultat et un plan de trésorerie. Lorsqu’un financement est demandé, un plan de financement peut venir compléter l’ensemble.

Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel mesure la quantité de richesse créée (ou détruite) au cours d’une année. On parle, plus précisément, d’exercice comptable. Cette richesse se mesure par le résultat net, différence entre les « produits » et les « charges ».

Les produits comprennent essentiellement le chiffre d’affaires hors taxes facturé ainsi que les subventions octroyées. Les charges, quant à elles, englobent toutes les dépenses du coach sportif : achats de petits matériels et de fournitures, assurances, abonnement téléphonique et d’accès à Internet, frais de déplacement, honoraire du comptable, amortissements des immobilisations, etc.

Le bilan prévisionnel

Le bilan prévisionnel, de son côté, recense et évalue le patrimoine de l’entreprise à l’issue de chaque exercice comptable. On l’assimile généralement à une photographie à un instant « t » donné de ce que doit l’entreprise (les « passifs ») et de ce qu’elle possède (les « actifs »).

Les actifs contiennent les immobilisations (ce sont des biens d’une valeur supérieur à 500 € qui servent à l’exercice de l’activité), les stocks, les créances clients et la trésorerie. Les passifs regroupent toutes les dettes de l’entreprise (fournisseurs, fiscales, sociales, financières) ainsi que les apports en capital.

Le budget de trésorerie

Le budget de trésorerie est un tableau qui recense l’argent dont dispose l’entreprise sur ses comptes bancaires. En général, il se présente mois par mois, avec des montants qui incluent la TVA. Il se construit à l’aide de 4 variables importantes : le solde de départ, les encaissements de la période, les décaissements et le solde de fin.

Les encaissements comprennent les paiements clients (chiffre d’affaires TTC encaissé), les déblocages de prêts, les remboursements de crédits de TVA. Les décaissements reprennent toutes les dépenses effectuées (petit matériel, fournitures, assurances, expert-comptable, téléphone, internet…), les échéances d’emprunts, les salaires versés au personnel ainsi que les charges correspondantes, les dividendes servis aux associés, la TVA décaissée, etc.

Le plan de financement

Le plan de financement met en évidence des flux en comparant les besoins générés par l’activité avec les ressources financières affectées en contrepartie. L’ensemble doit, bien évidemment, être équilibré. Traditionnellement, on l’établit pour 4 périodes : lors de la création puis à l’issue des années 1, 2 et 3.

Les besoins regroupent généralement les investissements, la variation du besoin en fonds de roulement et les remboursements de prêts. Les ressources comprennent les apports des associés (capital ou compte courant), les déblocages de prêts, la capacité d’autofinancement et la variation du BFR (si elle joue en la faveur de l’entreprise).

A lire également sur le thème du coach sportif :

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs et dirigeant de FCIC, société spécialisée dans l'édition de sites internet sur la création, la gestion et la reprise d'entreprise. Ancien expert-comptable stagiaire.



Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
fringilla amet, Praesent elementum ipsum risus dapibus facilisis Aliquam ipsum massa