Index » La création d'entreprise » Formes juridiques » Auto-entreprise » Les avantages du statut auto-entrepreneur

Les avantages du statut auto-entrepreneur

Le régime de l’auto-entrepreneur, grâce à son fonctionnement très souple, présente de nombreux avantages pour démarrer un projet.

Au-delà de la simplicité des formalités à effectuer par créer une auto-entreprise, son fonctionnement est ensuite ultra-simplifié : régime micro-social et micro-fiscal, comptabilité ultra-simplifiée… Voici les principaux avantages du statut d’auto-entrepreneur. 

avantages du statut auto-entrepreneur

Des formalités de déclaration allégées

Pour devenir auto-entrepreneur, les formalités sont très simples et très rapides. Celui qui souhaite opter pour ce statut devra simplement effectuer une déclaration d’activité et la déposer centre de formalités des entreprises, qui se trouve :

  • Auprès de la chambre de commerce et d’industrie pour les activités commerciales ;
  • Auprès de la chambre des métiers et de l’artisanat pour les activités artisanales ;
  • Auprès de l’Urssaf pour les activités libérales.

Par mesure de simplicité, il est également possible d’effectuer cette déclaration directement en ligne.

Les auto-entrepreneurs peuvent se dispenser d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés (RCS) ainsi qu’au répertoire des métiers.

Toutefois, Les auto-entrepreneurs qui créent depuis le 1er avril 2010 une activité artisanale à titre principal doivent, lors de leur déclaration, s’immatriculer au répertoire des métiers.

Après dépôt de la déclaration, l’INSEE se chargera de communiquer un numéro siret, qui permettra à l’auto-entrepreneur de démarrer son activité et de s’inscrire pour déclarer et payer les charges sociales et fiscales calculées sur le chiffre d’affaires réalisé.

Des obligations comptables très souples

Les auto-entrepreneurs sont dispensés d’établir des comptes annuels car il relève du régime de la micro-entreprise, et n’ont donc ainsi pas à tenir les livres comptables obligatoires.

L’auto-entrepreneur devra simplement tenir un livre des recettes et un registre des achats au cas où l’activité exercée correspond à une activité de vente de marchandises ou de fourniture de logements.

Le livre des recettes doit contenir chronologiquement et quotidiennement le montant des recettes encaissées, les références des factures de vente émises et les modalités de règlement utilisées.

Le registre des achats, devant être tenu lorsque l’auto-entrepreneur exerce une activité de vente de marchandises ou de fourniture de logements, doit récapituler chacun des achats effectués et le mode de règlement utilisé.

L’auto-entrepreneur doit néanmoins émettre des factures pour les ventes qu’il réalise et doivent conserver pendant 10 ans les pièces justificatives des achats et ventes réalisées.

La fiscalité de l’auto-entrepreneur est très simple

L’auto-entrepreneur n’est tout d’abord pas assujetti à la TVA, ce qui signifie que les ventes ou les services qu’il facture ne supportent pas de TVA. A contrario, il ne pourra pas récupérer la TVA gravant les dépenses qu’il effectue.

Ensuite, l’auto-entrepreneur peut opter pour le versement libératoire de l’impôt sur le revenu. Dans ce cas, l’IR sera calculé sur son chiffre d’affaires directement, sans que le chef d’entreprise n’est ensuite une quelconque déclaration à établir.

Le régime social simplifié de l’auto-entrepreneur

L’auto-entrepreneur bénéficie d’une protection sociale complète et paie, grâce au régime du micro-social, des cotisations en fonction du chiffre d’affaires qu’il réalise mensuellement ou trimestriellement. La totalité des différentes cotisations sociales sont englobées dans un même et unique taux.

Les cotisations sociales qui sont dues sont donc connues immédiatement et il n’y aura aucun rappel différé dans le temps, comme cela existe pour les gérants majoritaires par exemple.

L’auto-entrepreneur n’aura aucune cotisation provisionnelle à régler et acquittera uniquement des cotisations sociales si il réalise du chiffre d’affaires.

Le régime de l’auto-entrepreneur peut se cumuler avec le dispositif ACCRE, qui permet de bénéficier d’exonérations partielles de cotisations sociales et de continuer à percevoir des allocations chômage.

 

A lire également sur l’auto-entrepreneur :

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise.


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média