Création d’entreprise : les formes d’entreprises les plus risquées

Certaines formes d’entreprises présentes plus de risques que d’autres. Les entrepreneurs y exposent notamment leur patrimoine personnel, sans limite. Dans certains cas, la responsabilité s’étend même à l’ensemble des associés en cas de difficultés de l’entreprise. Ces formes d’entreprises doivent, dans la mesure du possible, être évitée. A défaut, il convient de prendre certaines précaution lors de leur création. Voici les formes d’entreprises à risques pour les créateurs d’entreprise :

forme d'entreprise risquée

La société en nom collectif, la forme incontestablement la plus risquée

La société en nom collectif (SNC) est une structure commerciale. Tous les associés qui participent à son capital ont le statut de commerçants. Cette forme juridique leur fait courir un risque important. En effet, les associés y sont indéfiniment et solidairement responsables des dettes sociales.

La responsabilité indéfinie signifie que leur responsabilité ne se limite pas au montant des apports des associés, contrairement aux règles prévues en SAS, SARL, SA… Elle concerne également l’ensemble de leur patrimoine (biens personnels, mobiliers et/ou immobiliers).

La responsabilité solidaire implique qu’un créancier professionnel non-payé peut se retourner vers un seul associé de la SNC pour lui réclamer la totalité de la dette. Une fois réglée, il reviendra ensuite à l’associé concerné de réclamer leurs parts aux autres membres.

Il n’existe aucun moyen juridique légal qui pourrait permettre aux associés d’échapper à ces règles. Leur responsabilité ne peut être aménagée dans les statuts, ni dans un acte séparé (procès-verbal d’assemblée générale par exemple). Elle demeure forcément indéfinie et solidaire.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner
Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

La société civile, une forme d’entreprise à risque limité

Les sociétés civiles (SC) sont généralement plus communes que la SNC. On les retrouve fréquemment dans les projets immobiliers (SCI) ou dans les montages financiers avec holding. Ces structures présentent un risque pour le patrimoine des associés, toutefois moindre qu’en SNC.

En effet, les associés d’une société civile ont une responsabilité indéfinie, subsidiaire mais qui reste non-solidaire. Le premier terme a la même signification que celle présentée ci-dessus. Le deuxième et le troisième, en revanche, méritent certains éclaircissements.

Le créancier d’une société civile ne peut se retourner valablement contre l’un de ses associés que s’il a mis en demeure la structure et que son assignation est restée infructueuse. dans ce cas, le gérant doit communiquer au créancier qui en le demande le nom et le domicile de chacun des associés.

Ici, un créancier ne peut réclamer à chaque associé que sa part de contribution aux dettes sociales, qui dépend de sa participation au capital social. Cela signifie qu’il doit attaquer personnellement chacun des associés et leur pour obtenir le règlement de sa part.

L’entreprise individuelle, un statut pas si risqué qu’on ne le pense

L’entreprise individuelle (EI) est souvent présenté, à tort, comme un statut juridique très risqué. Mais le niveau de risque n’est pas aussi important qu’on ne le croît. Une option permet, en effet, de protéger une bonne partie du patrimoine personnel du chef d’entreprise.

Par défaut, la Loi opère une confusion entre le patrimoine de l’entreprise et celui de l’entrepreneur. Contrairement aux sociétés, l’EI n’a pas d’existence sur le plan juridique. En principe, en cas de faillite de l’entreprise, les créanciers s’attaquent donc directement aux biens personnels de l’entrepreneur.

Toutefois, plusieurs dispositifs sont venus diminuer ce risque. Depuis 2015, la résidence principale d’un entrepreneur individuel ne peut pas faire l’objet d’une saisie par les créanciers professionnels. Ce dernier peut protéger ses autres biens fonciers en souscrivant une déclaration d’insaisissabilité, sous réserve de faire intervenir un notaire.

L’option pour le régime de l’EIRL – entreprise individuelle à responsabilité limitée – permet à l’entrepreneur de scinder patrimoine professionnel/personnel sans avoir à créer de société. Il repose sur la déclaration d’un patrimoine affecté à l’activité professionnelle qui fera, à lui seul, l’objet d’une appropriation par les créanciers de l’EI.

A lire également sur le thème du choix du statut juridique :

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs et dirigeant de FCIC, société spécialisée dans l'édition de sites internet sur la création, la gestion et la reprise d'entreprise. Ancien expert-comptable stagiaire.

Créer son entreprise


Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
id eleifend Curabitur ut commodo odio vel, Sed