Index » Dossiers par activité » Le financement du lancement d’une activité de consultant

Le financement du lancement d’une activité de consultant

Un consultant qui souhaite démarrer son activité doit réunir un minimum de financements. Leur montant n’est généralement pas très élevé car les investissements rencontrés dans la profession ne sont pas très importants. Cela dit, plusieurs solutions s’offrent au consultant pour financer l’achat de matériels informatiques, d’un matériel de transport ou encore les dépenses de début d’exploitation.

Voici un dossier qui répond à la question : comment financer le lancement d’une activité de consultant ?

financement creation entreprise consultant

Les moyens de financement internes d’un consultant

Les apports en fonds propres constituent une source de financement interne. Autrement dit, il s’agit de fonds que vous mettez à disposition de votre entreprise de consultant directement ou indirectement.

En général, un consultant gère le financement du lancement de son activité de la façon suivant :

  • L’apport en capital finance des investissements durables dont il va se servir pendant plusieurs années (ordinateurs, véhicule…),
  • Et l’apport en compte courant finance des besoins ponctuels à court terme (frais de création, assurance ou honoraires par exemple).

Le financement en capital

Si vous choisissez de créer une société, vous devez lui attribuer de nombreuses caractéristiques et notamment un capital social. Ce capital, vous pouvez le déterminer librement. D’ailleurs, dans la plupart des formes juridiques, il n’existe pas de minimum ni de maximum (sauf pour les sociétés anonymes). Le capital social représente le gage des créanciers. Cela signifie que, dans les sociétés où la responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports (EURL/SASU, SARL, SAS, SA…), il constitue une base de remboursement des créanciers en cas de défaillance de l’entreprise.

Vous pouvez, en tant que consultant, financer vos investissements en effectuant un apport d’argent. Il s’agit d’un apport en numéraire dont le montant sera incorporé au capital de votre société et bloqué. L’argent présent sur le compte bancaire de votre entreprise pourra donc servir à acheter tous les biens nécessaires à l’exercice de l’activité.

Une autre possibilité s’offre à vous, si vous possédez déjà des biens que vous souhaitez utiliser dans le cadre de votre activité professionnelle (ordinateur ou tablette par exemple). Vous pouvez transférer leur propriété au profit de votre société en effectuant un apport en nature. Vous devez, pour cela, évaluer le bien en question. La valeur ainsi déterminée formera également une partie du capital de votre société. Attention toutefois, la Loi impose l’intervention d’un professionnel ayant pour mission de vérifier votre évaluation, sauf si :

  • Aucun de vos apports en nature n’a une valeur supérieure à 30 000 €,
  • Vos apports en nature ne composent pas plus de la moitié du capital.

Le financement en compte courant

Le financement par compte courant représente une solution sensiblement identique au financement en capital à la différence près qu’il offre plus de souplesse. En effet, l’apport en compte courant consiste, pour un consultant, à mettre à la disposition de sa société une certaine somme d’argent. Celle-ci peut être remboursable à tout moment. Elle peut également faire l’objet d’un blocage pendant une certaine durée (mois, année…). Ce sont les statuts constitutifs (ou un document séparé) qui prévoient la possibilité d’ouvrir un tel compte, ainsi que ses modalités de fonctionnement.

Pour le reste, le principe est le même : vous mettez à disposition des fonds personnels à votre société (en lui faisant un chèque ou un virement par exemple) et celle-ci finance directement ses investissements.

Un consultant peut également trouver des sources de financement extérieur. On les appelle les moyens de financement externes. Les voici en détail.

Les moyens de financement externes d’un consultant

Le prêt bancaire à moyen ou long terme

Si vous ne disposez pas des fonds nécessaires au financement de vos investissements, vous pouvez opter pour le prêt bancaire. La démarche est très simple : vous sollicitez un établissement bancaire, déposez une demande de prêt et, lorsqu’elle est acceptée, vous contractez votre prêt et achetez le bien souhaité. Votre entreprise sera alors propriétaire du bien et elle s’acquittera d’annuités d’emprunt conformément à un échéancier.

Les banques financent rarement la totalité d’un investissement. En général, elles exigent un apport minimum. En pratique, un consultant échappe toutefois souvent à cette règle puisque ses investissements sont rarement importants.

Les prêts à court terme

Le découvert bancaire, également appelé « facilité de caisse » est une solution qui comble un besoin de trésorerie ponctuel, ne dépassant pas un an. Il permet d’assurer l’équilibre de la trésorerie de l’entreprise. Il s’utilise, en pratique, pour financer les dépenses liées à la création de l’entreprise (ou certains investissements à très court terme).

La mobilisation des créances permet, quant à elle, d’encaisser les fonds avant la date d’échéance prévue et donc de d’encaisser plus rapidement les créances professionnelles. Il s’agit notamment d’avoir recours à l’affacturage ou à la cession Dailly.

La location financière ou le crédit-bail

La location ou le crédit-bail sont des techniques qui permettent de réduire le besoin de financement nécessaire au lancement de votre projet. Au lieu d’acheter un bien et de contracter un prêt en parallèle, votre entreprise utilisera le bien dont elle a besoin pour exercer son activité sans pour autant en être propriétaire.

Le contrat sera assorti (ou non) d’une option d’achat. Celle-ci permettra à votre entreprise de devenir propriétaire du bien à l’issue d’une certaine durée.

Cette solution s’avère généralement plus coûteuse qu’un financement classique par emprunt.

Notre partenaire de confiance peut vous accompagner pour créer votre entreprise de consultant :

Créer une entreprise de consultant

A lire également dans notre dossier sur le consultant :


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise




Poster un commentaire

Pour obtenir une réponse rapide, nous vous conseillons de poser vos questions sur notre chat (en bas à droite). Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
et, venenatis, nunc ut mattis at dolor. Sed ut eleifend