Index » La création d'entreprise » Avant de créer » Les bonnes questions à se poser avant de créer son entreprise

Les bonnes questions à se poser avant de créer son entreprise

Afin de construire correctement un projet de création d’entreprise et de sécuriser la démarche entrepreneuriale, il faut se poser les bonnes questions et y apporter des réponses.

Le coin des entrepreneurs vous propose une liste de questions importantes à se poser dans le cadre d’un projet de création d’entreprise :

  • Le projet de création d’entreprise est-il envisageable et raisonnable ?
  • Le niveau de connaissance en création et gestion d’entreprise est-il suffisant ?
  • L’entreprise intéressera-t-elle suffisamment de clients ?
  • L’entreprise sera-t-elle viable et suffisamment rentable ?
  • Le projet de création d’entreprise est-il réalisable ?
  • Quelles seront les caractéristiques juridiques, fiscales et sociales de l’entreprise ?

Quelles sont les bonnes questions à se poser avant de créer son entreprise ?

Le projet de création d’entreprise est-il envisageable et raisonnable ?

Une personne qui a une idée de création d’entreprise et qui souhaite la transformer en véritable projet doit commencer par valider la faisabilité du projet. Plusieurs points sont ici essentiels :

  • Quel est l’impact financier du projet ? Est-il envisageable au regard des dépenses et du patrimoine de la famille ?
  • Quelles seront les conséquences du projet sur la vie de famille ? Quels sont les changements à prévoir par rapport à la situation actuelle ?
  • Le porteur de projet a-t-il un profil adéquat pour lancer un tel projet ?
  • Le projet de création d’entreprise est-il compatible avec les projets personnels en cours et futurs ?
  • Le porteur de projet dispose-t-il, le cas échéant, des diplômes, des compétences et de l’expérience nécessaires pour exercer le métier envisagé ?

Pour les porteurs de projet qui sont salariés, cette question doit être également étudiée par rapport aux règles qui encadrent la relation de travail avec l’employeur. En effet, les dispositions du Code du travail et certaines clauses contractuelles peuvent restreindre la liberté d’action d’un créateur d’entreprise : obligation de loyauté, clause de non-concurrence et clause d’exclusivité notamment.

Nous évoquons ce point en détail dans ce dossier : Créer son entreprise en restant salarié.

Le niveau de connaissance en création et gestion d’entreprise est-il suffisant ?

La création et la gestion d’une entreprise ne s’improvisent pas, il n’est pas conseillé de se lancer dans un projet sans un minimum de connaissance et d’expérience.

Des stages sont dispensés par les chambres de commerce et les chambres des métiers afin d’initier les porteurs de projet à la création et à la gestion d’entreprise. Ensuite, il est également possible de s’entourer de personnes compétentes, notamment de professionnels spécialisés dans l’accompagnements d’entrepreneurs (experts-comptables, conseillers, avocats…) et, pourquoi pas, d’un mentor.

Une association avec d’autres personnes peut également permettre de profiter des compétences de chacun pour mener à bien le projet de création d’entreprise. Par exemple, un associé pourra être compétent sur l’exercice du métier et un autre sur la gestion de l’entreprise.

L’entreprise intéressera-t-elle suffisamment de clients ?

La clientèle est l’enjeu majeur d’un projet de création d’entreprise, il faut parvenir à intéresser suffisamment de clients pour générer un chiffre d’affaires suffisant.

Afin de vérifier que l’entreprise puisse potentiellement intéresser un nombre suffisant de clients, il faut réaliser une étude de marché et analyser le segment de clientèle visé. Cette étape est indispensable pour justifier les hypothèses de chiffre d’affaires prévisionnel et se baser sur des projections réalistes.

L’étude de marché permet également au porteur de projet d’enrichir sa connaissance sur le secteur d’activité visé, l’économie locale, les concurrents et les tendances.

L’entreprise sera-t-elle viable et suffisamment rentable ?

Le créateur d’entreprise ne peut pas se fier uniquement au chiffre d’affaires prévisionnel pour l’étude financière de son projet, il doit également s’assurer que celui-ci sera suffisamment rentable.

Pour cela, il est nécessaire d’établir des comptes prévisionnels qui intégreront de l’ensemble des dépenses et des investissements à prévoir dans le cadre de l’activité, et des financements mobilisés. Les tableaux financiers prévisionnels qui en découlent permettront d’analyser financièrement le projet sur plusieurs aspects :

  • Le compte de résultat permet de calculer la rentabilité par exercice,
  • Le bilan permet d’apprécier la situation patrimoniale de l’entreprise à chaque clôture,
  • Le plan de trésorerie permet de calculer le solde théorique des disponibilités sur la période des prévisions selon une fréquence définie (mensuelle en général),
  • Le plan de financement permet de vérifier que les besoins de l’entreprise soient suffisamment financés par les ressources mobilisées dans le cadre du projet.

Le projet de création d’entreprise est-il réalisable ?

Avoir un projet de qualité ne suffit pas, le créateur d’entreprise doit être en mesure de le réaliser. Le caractère réalisable du projet de création d’entreprise s’apprécie à plusieurs niveaux :

  • Il y a tout d’abord l’aspect financier du projet : l’entreprise peut-il raisonnablement espérer obtenir le financement nécessaire au lancement de son entreprise ?
  • Ensuite, il peut également y avoir l’aspect technique du projet, notamment dans les secteurs innovants : l’état actuel des connaissances et des technologies permet-il de mener à bien le projet ?
  • Enfin, il y a l’environnement économique : existe-t-il des freins à la mise en place du projet ? des barrières à l’entrée qui ne sont pas surmontables ?

Suivant les cas, d’autres paramètres peuvent entrer en compte.

Quelles seront les principales caractéristiques de l’entreprise ?

A l’approche du démarrage de l’activité, le créateur d’entreprise doit s’interroger sur l’ensemble de ses choix de création. Parmi les plus importants, nous pouvons citer : le choix du statut juridique de l’entreprise (entreprise individuelle, EIRL, EURL, SASU, SARL, SAS…), le choix du régime d’imposition des bénéfices (IR ou IS) et le choix du statut social du chef d’entreprise (travailleurs indépendant ou assimilé salarié).

Pour plus de sécurité, la validation de ces choix doit être effectuée avec la participation d’un professionnel de la création d’entreprise, qui pourra être un expert-comptable, un conseiller ou un avocat par exemple.

Les choix de création retenus détermineront les formalités de création d’entreprise à réaliser afin de pouvoir immatriculer l’entreprise et débuter l’activité.

Vous souhaitez créer une entreprise ? Notre partenaire de confiance peut vous accompagner dans vos démarches :

Créez votre société en ligne

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise.


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média