Index » La création d'entreprise » Business plan » Prévisionnel financier » Le prévisionnel financier du consultant indépendant

Le prévisionnel financier du consultant indépendant

La réalisation d’un prévisionnel financier est une démarche importante pour le futur consultant indépendant, notamment pour mesurer la rentabilité de l’activité et en tant qu’outil d’aide à la réalisation des choix de création d’entreprise.

Le prévisionnel financier du consultant indépendant

Les tableaux prévisionnels utiles pour le consultant indépendant

En général, le futur consultant indépendant n’a pas besoin d’effectuer une demande de financement bancaire pour concrétiser son projet de création d’entreprise. Il peut donc possible de se contenter des tableaux financiers prévisionnels suivants :

  • Le compte de résultat prévisionnel, pour calculer la rentabilité de l’activité et mesurer l’impact de sa rémunération chargée,
  • Le tableau de trésorerie prévisionnel, afin d’effectuer une projection mensuelle du solde théorique de trésorerie. Cet état est important pour budgétiser correctement les prises de rémunérations et de dividendes, les paiements de cotisations sociales et les paiements d’impôts et taxes.

Nous vous présentons ces tableaux prévisionnels en détail ici :

La production d’autres tableaux financiers prévisionnels n’a pas vraiment d’intérêt, sauf lorsque les particularités du projet le nécessitent.

Les chiffres importants du prévisionnel du consultant indépendant

Le prévisionnel financier d’un consultant s’articule le plus souvent autour de deux éléments majeurs :

  • le chiffre d’affaires prévisionnel lié aux missions qu’il va effectuer,
  • et les charges liées à sa rémunération et à l’imposition des bénéfices.

Le chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires prévisionnel est l’élément principal du prévisionnel du futur consultant.

Le créateur d’entreprise peut connaître d’avance le chiffre d’affaires qu’il va probablement réaliser sur les premiers mois. En effet, un consultant a souvent une ou plusieurs propositions de mission concrètes avant de décider de créer son entreprise.

Ensuite, les projections ultérieures sont plus incertaines et il convient d’être prudent. Les prévisions ne doivent pas s’étaler sur une trop longue période.

Les frais de déplacement

S’il ne travaille pas à distance, le consultant se déplace souvent chez ses clients pour exercer ses missions.

Il engage ainsi des frais de déplacement pour se rendre quotidiennement en clientèle et ceux-ci doivent figurer dans le prévisionnel. Il s’agira notamment des dépenses de transport, des dépenses de restauration et des dépenses d’hébergement. Les frais de déplacement doivent figurer dans le prévisionnel même lorsqu’un remboursement par le client est prévu.

Les rémunérations et les cotisations sociales

L’une des problématiques essentielles du consultant indépendant est la recherche du meilleur schéma possible de sortie des revenus. Peu importe l’option retenue, l’impact des sorties de revenus et des cotisations sociales doit figurer dans le prévisionnel financier.

Voici les grandes règles applicables suivant les choix de création effectués :

  • Exercice en nom propre, en EIRL à l’IR ou en EURL à l’IR : le consultant est affilié au régime social des travailleurs indépendants. Ses cotisations sociales sont calculées sur les bénéfices réalisés.
  • Exercice en EIRL ou en EURL à l’IS : le consultant est affilié au régime social des travailleurs indépendants. Ses cotisations sociales sont calculées sur ses rémunérations et sur la quote-part des dividendes qui excède un certain seuil (1).
  • Exercice en SASU à l’IS : le consultant est affilié au régime général de la sécurité sociale. Sur ses rémunérations, il cotise de la même manière que les salariés affiliés au régime général. Ses dividendes ne sont pas assujettis aux cotisations sociales.

(1) Le seuil est égal :

  • à 10% du total suivant en EURL : capital social + prime d’émission + apport en compte courant d’associé,
  • à 10% du montant du patrimoine affecté en EIRL.

Concernant la budgétisation des cotisations sociales :

  • Pour les travailleurs indépendants, on peut raisonnablement appliquer un taux de 45% sur le revenu soumis aux cotisations sociales,
  • Pour les affiliés au régime général, ce site permet d’effectuer des estimations de cotisations sociales : http://www.cogilog.com/utilitaires/u11.php (attention à ne pas appliquer les réductions prévues uniquement pour les salariés et à prendre en compte le statut cadre).

Nous évoquons le régime de sécurité sociale ici : le choix du régime social de l’entrepreneur.

Les impôts et taxes

L’entreprise nouvellement créée sera assujettie à divers impôts et taxes. Pour le consultant indépendant, on retrouve essentiellement :

  • L’imposition des bénéfices, à budgétiser lorsque l’entreprise est à l’impôt sur les sociétés ;
  • La TVA, dont il doit être tenu compte dans le tableau de trésorerie ;
  • La cotisations foncière des entreprises, qui sera due à compter de la deuxième année civile d’activité.

Pour vous aider à budgétiser l’impôt sur les sociétés, nous vous recommandons de consulter cette publication : Les taux et le calcul de l’impôt sur les sociétés.

En cas de besoin, notre partenaire de confiance peut vous accompagner dans votre projet :

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise.


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média