Ouvrir un commerce de détail alimentaire : le guide

Le commerce de détail alimentaire est un secteur d’activité dynamique, il comporte de nombreuses branches d’activité. Les réseaux d’enseigne détiennent une part importante du marché. L’ouverture d’un commerce de détail alimentaire implique généralement de gros investissements.

Ce guide vous fournit toutes les explications dont vous avez besoin pour ouvrir un commerce de détail alimentaire :

commerce de détail alimentaire

L’activité de commerce de détail alimentaire

L’activité de commerce de détail alimentaire consiste en l’achat de marchandises destinées à être consommées par des particuliers. Cette activité se fait en magasin, par internet ou sur des marchés. On retrouve notamment, au sein de cette catégorie, les commerces suivants :

  • Les commerces d’alimentation générale : supérettes, supermarchés, hypermarchés…
  • Les commerces proposant des produits alimentaires surgelés,
  • Les commerces alimentaires spécialisés : fruits et légumes, viandes, poissons et crustacés, boissons, pains et pâtisserie…

De nombreux code APE concerne l’activité de commerce de détail alimentaire. Le code à utiliser dépend du type de commerce :

  • 47.11A à 47.11F pour les commerces généralistes,
  • 47.21 à 47.29 pour les commerces spécialisés.

Aucun diplôme particulier n’est nécessaire pour ouvrir un commerce de détail alimentaire. Toutefois, des compétences de gestionnaire vous seront utiles pour réussir votre projet.

De nombreuses ouvertures de commerces de détail alimentaire se font en rejoignant un réseau de franchise. Cela permet de bénéficier du savoir-faire du réseau et de la notoriété de l’enseigne. De plus, cela facilite l’installation et le lancement de l’activité à plusieurs niveaux. Il existe aujourd’hui à peu près 300 réseaux d’enseigne qui totalisent 30 000 points de vente.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

Facteurs clés de succès pour ouvrir un commerce de détail alimentaire

Le succès de l’ouverture physique d’un commerce de détail alimentaire repose sur trois principaux facteurs : l’emplacement choisi, les marchandises vendues et les personnes en contact avec les clients.

Le choix de l’emplacement

Le choix de l’emplacement est l’un des facteurs clés de succès les plus importants pour l’ouverture d’un commerce de détail alimentaire. La zone de chalandise, qui correspond à l’espace géographique autour du commerce, doit être étudiée avec la plus grande précision.

Le choix des marchandises

Ensuite, le second facteur qui va avoir un impact considérable sur votre réussite concerne le choix des marchandises que vous allez vendre. Les produits que vous allez proposer doivent être en adéquation avec l’image que vous souhaitez véhiculer.

Les personnes en contact avec les clients

Enfin, les personnes qui seront en contact direct avec les clients ont également un rôle très important. Si vous ouvrez un commerce spécialisé, vous aurez besoin d’un personnel formé et qualifié qui conseille les clients sur le choix de leurs produits.

Chiffres et indicateurs du commerce de détail alimentaire

Nous vous proposons ci-dessous plusieurs informations à propos du secteur du commerce de détail alimentaire en France. Les principaux chiffres présentés sont principalement issus des statistiques de l’INSEE.

IndicateursInformations
Nombre d’établissementsEnviron 43 800 commerces généralistes et 38 000 commerces spécialisés
Chiffre d’affaires global du secteurEnviron 258 Mds d’€
Parts de marché des grandes enseignesLes grands acteurs monopolisent 85% du chiffre d’affaires du secteur
Les réseaux d’enseigneÀ peu près 300 réseaux totalisant 30 000 points de vente et 200 Mds d’euros de chiffre d’affaires
Surface de vente moyenne771 m2 pour les commerces généralistes / 84 m2 pour les commerces spécialisés
Effectif moyen en ETP par magasin15 dans les commerces généralistes / 2 dans les commerces spécialisés

Business plan du projet d’ouverture d’un commerce de détail alimentaire

Le tableau ci-dessous vous propose plusieurs informations pour vous aider à réaliser le business plan de votre projet d’ouverture d’un commerce de détail alimentaire. Les principaux chiffres sont issus des statistiques de l’INSEE.

IndicateursInformations
Chiffre d’affaires moyenIl nous est impossible de vous fournir des chiffres précis compte tenu de la diversité des types de magasin possibles.
Taux de marge commerciale moyenne20,7% pour les commerces généralistes / 36,2% pour les commerces spécialisés
Investissements à ne pas oublierDroit d’entrée (réseau), aménagement et agencement du magasin (rayonnage, présentoirs…), réfrigérateurs, équipements spécialisés, enseigne commerciale, équipements informatiques et caisses enregistreuses
Dépenses à ne pas oublierAchats des marchandises, stock initial, rémunérations des intermédiaires, loyer commercial, frais de publicité et de marketing, transport des marchandises, entretien des locaux, dépenses d’énergie, frais liés au réseau (redevances)
Financement de départProjet qui nécessite un apport personnel souvent conséquent (Généralement entre 100 000 € et 300 000 € pour rejoindre une enseigne)

Si vous comptez rejoindre une enseigne existante, le réseau pourra vous aider dans la réalisation de votre business plan. Vous aurez notamment accès à des informations précises sur :

  • le financement de départ,
  • le montant global des investissements et leur composition,
  • les statistiques des autres points de vente faisant partis du réseau.

Formalités de création et d’ouverture du commerce

Pour ouvrir un commerce de détail alimentaire, il faut bien entendu immatriculer l’entreprise. Ensuite, des formalités spécifiques au métier sont également nécessaires.

Formalités d’immatriculation au RCS

Pour donner un existence légale à l’entreprise, il faut procéder aux formalités d’immatriculation de l’entreprise. Les démarches, qui dépendent du statut juridique de l’entreprise, aboutissent à l’inscription au Registre du Commerce et des Sociétés.

Obtenir l’autorisation d’exploitation commerciale

Pour ouvrir ou étendre une grande ou moyenne surface commerciale (supérieure à 1000 m² de surface de vente), ou un « drive », une autorisation administrative préalable d’exploitation commerciale doit être obtenue.

Si le projet de création ou d’extension nécessite un permis de construire, celui-ci ne pourra être délivré qu’après l’obtention de l’avis favorable de la commission départementale d’aménagement commercial.

Vous retrouverez toutes les informations à ce sujet ici : l’aménagement commercial (CNAC).

Autres démarches et autorisations nécessaires

Voici les principales autres démarches à accomplir pour ouvrir un commerce de détail alimentaire :

  • Détenir la licence adéquate pour vendre des boissons alcoolisées à emporter (petite licence à emporter ou licence à emporter). En cas de vente de boissons alcoolisées entre 22h et 8h, l’entrepreneur doit suivre une formation de 7 heures et obtenir un « permis de vente de boissons alcoolisées » la nuit.
  • Faire une déclaration auprès de la DDCSPP (formulaire Cerfa n°13984) avant l’ouverture, en cas de préparation, transformation, manipulation, entreposage, exposition, mise en vente ou vente de denrées animales ou d’origine animale
  • Obtenir un agrément par la DDCSPP en cas de vente de denrées à des intermédiaires (demande à effectuer en utilisant le formulaire Cerfa n°13983)

Principales réglementations applicables aux commerces de détail alimentaires

Les commerces de détail alimentaire sont tenus de respecter une importante réglementation. Voie la liste des principales règles qu’il faut connaître :

RéglementationsTextes de loi
Respecter les normes d’hygiène et sanitaires et les températures de conservation des produits alimentairesArrêté du 21 décembre 2009
Règlement 852/2004 du 29 avril 2004
Arrêté du 8 octobre 2003
Respecter le règlement sanitaire départementalÀ récupérer auprès de la préfecture
Respecter les obligations relatives aux ERP (Établissements recevant du public)ERP (service-public.fr)
Informer le public sur les prix pratiqués en utilisant les voies du marquage, de l’étiquetage, de l’affichage ou par tout autre procédé approprié (prix à l’unité de mesure pour chaque produit)Affichage des prix (economie.gouv.fr)
Contrôler, tous les deux ans, l’exactitude, le bon entretien et le bon fonctionnement des appareils de pesage utilisés dans le commerce. Un certificat, qui doit être apposé de façon visible pour le client, est remis après le contrôle.Arrêté du 31 décembre 2001
Informer les clients sur les ingrédients reconnus comme allergènes, sur la denrée elle-même ou à proximité de celle-ciArticle R412-14 du Code de la consommation
Respecter les règles relatives à la tranquillité du voisinageArticle R1334-30 et suivants du Code de la santé publique
Le cas échéant, déclarer l’installation de vidéosurveillance à la préfecture (formulaire Cerfa n°13806) et informer les clients sur la présence d’équipements de vidéosurveillanceVidéoprotection (Ministère de l’intérieur)

Pierre Facon

Co-fondateur - Le Coin des Entrepreneurs
Média online de référence sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise
Application digitale pour accompagner les entrepreneurs dans leurs projets
Expert en création d’entreprise

Créer son entreprise


Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs