Les inconvénients du statut de travailleur indépendant

Le statut de travailleur indépendant, à priori très attractif, présente toutefois certains inconvénients. Il faut les avoir à l’esprit avant de se lancer dans une aventure entrepreneuriale car ils peuvent avoir une importance capital sur le projet, mais aussi sur l’entrepreneur lui-même et sur son entourage (famille, amis…). Cela permet notamment de les appréhender et d’anticiper efficacement les futurs problèmes qu’il pourrait rencontrer.

Voici les principaux inconvénients du statut de travailleur indépendant.

inconvenient statut travailleur independant

Un travailleur indépendant ne compte pas ses heures

Le travailleur indépendant bénéficie, certes, d’un cadre extrêmement flexible. Mais il ne compte pas ses heures. La plupart des entrepreneurs effectuent des semaines de plus de 35 heures ; ils vont parfois même au-delà de 72 heures… Egalement, un travailleur indépendant n’a, par ailleurs, pas droit aux congés payés.

En principe, il n’en a pas. S’il souhaite partir en vacances, il doit anticiper son départ. Et plusieurs aspects doivent être gérés : palier son absence dans l’entreprise, déterminer la perte de chiffre d’affaires subie et donc ajuster en conséquence sa rémunération. Il devra, le cas échéant, puiser dans ses économies personnelles.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

Un travailleur indépendant supporte plusieurs risques

Le principal risque que support un travailleur indépendant se situe au niveau financier. Un retard de paiement, ou pire la faillite d’un client, peut vite devenir problématique et générer des difficultés de trésorerie. Les situations de dépendance économique (présence d’un seul client) accentuent ce risque. Une rupture des relations commerciales peut être fatale.

Et, lorsqu’il se trouve en difficulté, il peut mettre en péril son patrimoine personnel. S’il exerce au sein d’une société commerciale (hors SNC), sa responsabilité est limitée au montant de ses apports. Mais, s’il exerce en nom propre (entreprise individuelle) et qu’il n’a pas opté pour l’EIRL, ses biens personnels (hors résidence principale) peuvent être saisis.

Un travailleur indépendant peut avoir des revenus variables

Contrairement à un salarié, qui bénéficie d’une certaine stabilité au niveau de ses revenus, le travailleur indépendant n’a aucune garantie quant à sa rémunération. Cette dernière peut subir des variations, à la hausse, comme à la baisse chaque année, et même chaque mois. L’irrégularité des revenus peut générer du stress et de l’anxiété pour certains.

En effet, la rémunération d’un travailleur indépendant dépend généralement de l’activité, du chiffre d’affaires de l’entreprise et des résultats financiers. La plupart du temps, il s’octroie une rémunération minimale fixe et il perçoit une partie variable en fonction de ce qui reste sur les comptes en fin d’année.

Un travailleur indépendant doit assumer les décisions qu’il prend

S’il est agréable de prendre des décisions quand tout va bien, il est beaucoup moins réjouissant de devoir prendre des décisions en temps de crise. Un travailleur indépendant doit savoir prendre des décisions dans les bons, mais aussi dans les mauvais moments. Les décisions peuvent également concerner l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise.

Devenir travailleur indépendant ne veut pas forcément dire travailler seul. En effet, un travailleur indépendant peut s’entourer de salariés. Il doit alors, dans ce cas, présenter certaines aptitudes au management et savoir gérer la relation employeur-salarié. Cette dernière occasionne des contretemps et génère souvent de l’angoisse…

Un travailleur indépendant n’a, en principe, pas droit au chômage

Les travailleurs indépendants (TNS ou salarié) ne cotisent pas à l’assurance chômage au titre de leur mandat social. Ainsi, les chefs d’entreprises les présidents et gérants de société ne bénéficient d’aucune protection en cas de perte de leurs fonctions. Lorsque l’activité s’arrêtent, les revenus cessent d’être versés, sans compensation financière possible.

Soulignons toutefois que les dirigeants d’entreprises en difficultés peuvent prétendre, sous certaines conditions, à l’allocation des travailleurs indépendants. Pour cela, il faut que l’entreprise soit placée en redressement ou en liquidation judiciaire, que le travailleur indépendant perde son travail et qu’il ait cotisé dans une certaine proportion de revenus.

A lire également sur Le Coin des Entrepreneurs :

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs et dirigeant de FCIC, société spécialisée dans l'édition de sites internet sur la création, la gestion et la reprise d'entreprise. Ancien expert-comptable stagiaire.

Créer son entreprise


Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs