Index » Les choix de création d'entreprise » Toutes les formes juridiques d'entreprise » La société anonyme » SA (Société Anonyme) : avantages et inconvénients

SA (Société Anonyme) : avantages et inconvénients

La SA (société anonyme) est une forme juridique qui est peu utilisée par les créateurs d’entreprise et plutôt réservée aux entreprises importantes (notamment celles qui sont cotées en bourse).

Nous ferons donc le point, à travers cet article, sur les avantages et les inconvénients de la SA.

avantages et inconvénients de la SA

Les avantages de la SA

La SA s’impose pour les grandes entreprises dont les besoins en capitaux sont importants. A ce titre, cette forme juridique permet de faire offre au public de titres lorsque le capital social est supérieur à 225 000 euros.

Ensuite, la SA est considérée par les investisseurs comme un gage de sécurité et la crédibilité est importante vis-à-vis des parties prenantes (clients, fournisseurs, banques…).

Le fonctionnement d’une SA permet de répartir les pouvoirs entre les différents organes sociaux :

Les actions d’une SA sont facilement négociables et cessibles, les actionnaires peuvent entrer ou quitter aisément la société.

Enfin, la SA est une société à risque limité : la responsabilité des actionnaires est donc limitée au montant qu’ils engagent pour la souscription ou le rachat des actions.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner
Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

Les inconvénients de la SA

La SA est une structure beaucoup trop lourde pour les petites et moyennes entreprises, une SARL ou une SAS correspondra mieux à leur situation. La création d’une SA nécessite de réunir au minimum 7 actionnaires et d’avoir un capital social au moins égal à 37 000 euros.

Toutefois, depuis le 11 septembre 2015, il est possible de constituer des SA non cotées avec seulement 2 actionnaires. L’ordonnance n°2015-1127 du 10 septembre 2015 a en effet baissé le seuil minimum d’actionnaires de 7 à 2 pour les SA non cotées

Il est obligatoire de nommer un commissaire aux comptes dès la constitution de l’entreprise, sans aucune condition de seuils.

Comme dans les SAS, les apports en nature effectués lors de la création font obligatoirement l’objet d’une évaluation par un commissaire aux apports.

À lire également sur la SA :

Pierre Facon

Fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs. Dirigeant d'une société spécialisée dans l'édition et la gestion de sites internet sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise. Conseiller et expert en création d’entreprise.



Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
efficitur. sem, leo amet, consequat. diam commodo dolor eget