Index » La création d'entreprise » Financement » Le refus de remboursement d’un compte courant d’associé

Le refus de remboursement d’un compte courant d’associé

L’apport en compte courant est une avance consentie à la société par un associé ou un dirigeant pour lui permettre de faire face à des besoins de trésorerie.

Un apport en compte courant d’associé est remboursable à tout moment, sur demande de son titulaire. En pratique, les statuts ou la convention de compte courant aménagent les conditions de remboursement des comptes courants d’associé.

En principe, la société ne peut s’opposer à la demande de remboursement du compte courant d’associé. Toutefois, dans certains cas, le refus de remboursement par la société est justifié.

Le refus de remboursement d'un compte courant d'associé

Rappel des conditions du droit au remboursement

Sauf disposition statutaire ou conventionnelle contraire, un associé peut demander à tout moment le remboursement du solde créditeur de son compte courant d’associé. Seul le titulaire du compte courant d’associé peut effectuer la demande de remboursement.

Pour que la demande soit valable, la demande de remboursement doit être faite de bonne foi et ne pas être abusive.

En principe, une société ne peut pas refuser le remboursement du compte courant d’associé au titulaire qui en fait la demande. Toutefois, des situations spécifiques peuvent justifier le refus (voir ci-dessous).

Le refus de remboursement justifié par une disposition conventionnelle

Le remboursement du compte courant d’associé peut être refusé si une convention de blocage est prévue. Durant la période de blocage, la société s’engage à ne pas rembourser le compte courant, et l’associé s’engage à ne pas en demander le remboursement.

Egalement, les statuts ou la convention de compte courant peut prévoir que le remboursement sera effectué à condition que la trésorerie de la société le permette.

En présence de telles clauses, la société peut refuser le remboursement du compte courant d’associé.

Le refus de remboursement décidé par l’assemblée générale

L’assemblée générale de la société ne peut pas décider de bloquer temporairement les comptes courants d’associé, sauf si l’associé concerné donne son consentement.

En effet, ce type de décision entraîne une augmentation de l’engagement de l’associé, son consentement est donc obligatoire.

Egalement, l’assemblée générale ne peut pas décider un échelonnement du remboursement pour éviter un remboursement immédiat et total du compte courant d’associé.

Le refus de remboursement en cas de situation financière difficile

Une société ne peut pas opposer sa situation financière difficile à l’associé pour refuser le remboursement de son compte courant d’associé.

Même si la situation financière est compliquée, la société ne peut donc pas refuser le remboursement du compte courant d’associé ou limiter le remboursement à la somme que peut supporter sa trésorerie.

Le refus de remboursement en cas d’obtention d’un délai par le juge

Compte tenu de la situation de la société et en considération des besoins du créancier, le juge peut décider de reporter ou d’échelonner, dans la limite de deux années, le remboursement du compte courant d’associé. Pour obtenir ce délai, la société doit en faire la demande en justice.

La décision de juge constitue dans ce cas un motif de refus de remboursement du compte courant d’associé.

Le refus de remboursement en cas de procédure collective

Dès l’instant où une procédure collective est ouverte, la société ne peut plus rembourser un compte courant d’associé. L’associé doit déclarer sa créance, comme tous les autres créanciers.

Dans cette situation, le refus de remboursement est tout à fait justifié.

Le recours en cas de refus injustifié du remboursement du compte courant

Le refus du remboursement d’un compte courant d’associé ouvre à son titulaire un recours en justice.

Pour que le recours soit valable, le refus doit être injustifié et la société ne doit pas avoir obtenu de délai de grâce par le juge.

A lire également sur le compte courant d’associé :

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise.


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média