Comment ouvrir un magasin d’optique et de lunetterie ?

Pour ouvrir un commerce de détail d’optique, il faut remplir un certain nombre de conditions et accomplir de nombreuses formalités. L’accès à la profession est subordonné à la détention de diplômes et qualifications. Par ailleurs, avant d’ouvrir son magasin, l’opticien-lunetier doit effectuer plusieurs démarches auprès de l’assurance maladie. Il doit notamment obtenir sa carte de professionnel de santé.

Voici toutes les règles qui encadrent le métier d’opticien-lunetier ainsi que les étapes à suivre pour ouvrir un magasin et devenir indépendant.

devenir opticien independant

L’activité exercée par le opticien-lunetier indépendant

Un opticien lunetier est un professionnel habilité à effectuer des examens de la vue et à réaliser et vendre des dispositifs de correction de défauts ou de déficiences de la vue (lunettes de vue, lentilles de contact oculaire correctrices…). Il peut également prodiguer des conseils à sa clientèle. Les articles ne sont, pour la plupart, vendus que sur prescription médicale.

Certaines tolérances existent, notamment en cas de renouvellement d’ordonnances. L’opticien peut adapter les prescriptions médicales figurant sur une ordonnance de moins de 3 ans (sauf si elle concernent un mineur de moins de 16 ans ou si le professionnel de santé l’exclut sur l’ordonnance).

La profession d’opticien-lunetier est régie par le Code de la Santé Publique (article L4362-1 et suivants).

Le code APE délivré par l’INSEE pour l’exercice du métier d’opticien lunetier est le 4778A « Commerces de détail d’optique ». Ce dernier n’a aucune valeur juridique. Il sert notamment à établir des statistiques par secteur d’activité et détermine la convention collective applicable.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

Les diplômes permettant d’ouvrir un magasin d’optique-lunetterie

L’ouverture d’un magasin d’optique lunetterie ne nécessite aucun diplôme particulier. Toutefois, certaines qualifications sont requises afin de pouvoir délivrer du matériel médical. Soulignons, à ce titre, que le brevet professionnel ne suffit pas, il faut obligatoirement détenir un diplôme de niveau bac +2 minimum.

Le diplôme principal permettant d’accéder à la profession est le brevet de technicien supérieur d’opticien-lunetier (BTS). D’autres diplômes permettent également d’exercer ce métier comme le diplôme opticien optométriste de l’Institut d’optique théorique et appliquée de Paris ou le diplôme de l’Ecole régionale d’optique et d’orthopédie de Lille (liste non-exhaustive).

Le marché du commerce de détail d’optique

Voici les caractéristiques du marché du commerce de détail d’optique (statistiques récupérées sur le site de l’INSEE) :

Nombre total d’entreprises12 000
Chiffre d’affaires moyenEnviron 350 000 €
Taux de marge brute60%
Excédent brut d’exploitation moyenEnviron 90 000 €

Ce secteur est porté par l’évolution démographique (vieillissement de la population française) ainsi que par les changements intervenant dans nos modes de vie (augmentation du temps passé sur les écrans).

La concurrence y est toutefois rude puisque de nombreux acteurs s’y sont implantés : enseignes et franchises, grande distribution… Les opticiens doivent se diversifier de plus en plus pour contrecarrer la baisse de leur chiffre d’affaires (vente de prothèses auditives par exemple).

Pour ces raisons, le nombre de créations d’entreprises est relativement stable depuis une dizaine d’années. Il oscille entre 500 et 600 par an. Comme indiqué ci-dessus, le chiffre d’affaires moyen est, quand à lui, en baisse constante.

Les éléments importants du business plan d’un magasin d’optique

Le business plan d’un magasin d’optique comprend de nombreux frais. Il faut savoir les estimer avec précision, notamment en ce qui concerne les investissements. Ils dépendent notamment du mode d’exercice (opticien indépendant ou franchisé). Dans le second cas, le business plan doit notamment intégrer le droit d’entrée – parfois significatif – ainsi que les redevances versées chaque année au franchiseur.

D’autre part, les investissements en matériels et en mobiliers mobilisent généralement d’importantes sommes d’argent. Une attention particulière doit aussi être portée aux stocks et à leur délai de rotation (presque 200 jours en moyenne).

Le choix du local commercial est une décision fondamentale. Et l’emplacement peut coûter cher à l’entreprise. Les loyers versés (loyers immobiliers) constituent donc une charge prépondérante dans un business plan d’opticien-lunetier.

Enfin, l’activité nécessitant des qualifications spécifiques, elle implique des niveaux de rémunération relativement élevés et donc une masse salariale importante (salaires + charges sociales). Les salariés et le dirigeant perçoivent des rémunérations plutôt confortables.

Les formalités de création d’un magasin de détail d’optique

Avant de procéder au lancement de l’activité, il faut effectuer plusieurs démarches et accomplir certaines formalités. Les voici.

Déposer une demande d’enregistrement du diplôme

Le futur opticien-lunetier indépendant doit, tout d’abord, faire enregistrer son diplôme ou son autorisation sur le répertoire ADELI. Pour cela, il doit déposer un dossier à l’Agence Régionale de Santé (ARS). Ce dernier comprend plusieurs justificatifs (dont le diplôme en original) et documents (Cerfa n°10906 notamment).

Cette procédure lui permet d’obtenir un agrément de la Caisse Régionale d’Assurance Maladie. Si le dossier est complet et validé, l’ARS envoie un certificat d’enregistrement au répertoire ADELI ainsi qu’un formulaire de demande d’attribution de la carte de professionnel de santé (CPS).

Immatriculer l’entreprise d’optique-lunetterie

Cette étape consiste essentiellement à trouver un statut juridique et à procéder à la constitution de l’entreprise. Pour cela, une réflexion s’impose sur le type d’entreprise (entreprise individuelle ou société) et sur la forme juridique (SARL, SAS, SNC…).

A ce titre, il faut souligner qu’il n’existe pas de statut juridique idéal. Chaque statut est adapté à une situation et celui retenu pour un projet n’est pas forcément transposable à un autre. Voici deux dossiers qui abordent ce thème :

La demande d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés s’effectuent par courrier au centre de formalité des entreprises ou sur internet sur le site guichet-entreprises.fr par exemple. A son issue, le greffe du tribunal de commerce remet un extrait Kbis à l’entreprise. Cette dernière a alors une existence officielle.

S’enregistrer à l’assurance maladie et obtenir la carte de professionnel de santé

Une fois l’entreprise créée, le professionnel doit s’enregistrer à la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) du lieu dans lequel il va exercer son activité. Un dossier doit de nouveau être déposé.

Il comprend notamment l’attestation d’enregistrement au répertoire ADELI, un extrait Kbis et un relevé d’identité bancaire (RIB). La CPAM inscrit ensuite l’entreprise sur le fichier national des professions de santé (FNPS).

Dès lors, elle délivre au professionnel des feuilles de soins ainsi qu’un cachet. Elle lui attribue ensuite sa carte de professionnel de santé (CPS).

La règlementation du métier d’opticien lunetier indépendant

De nombreuses règles encadrent l’exercice du métier d’opticien indépendant. Ce professionnel doit notamment :

  • Souscrire une assurance couvrant sa responsabilité civile professionnelle,
  • Se former constamment et justifier de son engagement dans une démarche de développement professionnel,
  • Porter un badge précisant qu’il détient le titre professionnel d’opticien-lunetier,
  • Communiquer gratuitement un devis détaillé à toute personne qui en fait la demande,
  • Respecter les normes d’accessibilité et de sécurité pour les locaux accueillant du public (normes ERP).

Thibaut Clermont

Co-fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs et dirigeant de FCIC, société spécialisée dans l'édition de sites internet sur la création, la gestion et la reprise d'entreprise. Ancien expert-comptable stagiaire.

Créer son entreprise


Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
commodo vulputate, mi, Nullam consequat. venenatis libero.