L’importance du choix de la forme juridique de l’entreprise

Créer son entreprise implique de choisir une forme juridique. Plusieurs possibilités s’offrent à vous, que vous soyez seul ou à plusieurs associés. Ce choix est important à plusieurs niveaux, et de nombreux paramètres sont à prendre en compte.

Ce dossier vous informe sur l’importance du choix de la forme juridique de votre future entreprise :

choix de la forme juridique

Synthèse sur l’importance du choix de la forme juridique de l’entreprise

Comme nous le verrons dans ce dossier, le choix de la forme juridique de l’entreprise est très important. De nombreux paramètres sont directement liés à celle-ci :

  • la responsabilité des créateurs d’entreprise,
  • l’organisation de l’entreprise,
  • et le régime de sécurité sociale des dirigeants.

La fiscalité est également un sujet important dans une création d’entreprise. Toutefois, les principales formes juridiques d’entreprise permettent globalement de disposer des mêmes possibilités. Une entreprise individuelle, en prenant la forme d’une EIRL, peut opter pour l’impôt sur les sociétés.

Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner
Créer son entreprise - Nos outils pour vous accompagner

La forme juridique de l’entreprise et la responsabilité

Tout d’abord, la forme juridique de l’entreprise détermine les règles applicables en matière de responsabilité, notamment vis-à-vis des dettes sociales. Parfois, l’engagement du créateur d’entreprise se limite à ses apports. Dans d’autres cas, il peut s’étendre à son patrimoine privé. Ce paramètre doit donc être pris en compte lors du choix de la forme juridique de l’entreprise. Voici ce qu’il faut retenir à ce sujet :

  • En entreprise individuelle, l’entrepreneur est indéfiniment responsable des dettes professionnelles sur l’ensemble de son patrimoine personnel, à l’exception de sa résidence principale et de ses autres biens qui ont fait l’objet d’une déclaration d’insaisissabilité. L’option pour l’EIRL permet de limiter la responsabilité vers les créanciers professionnels au montant du patrimoine affecté à l’entreprise.
  • En EURL, en SARL et dans les sociétés par actions, la responsabilité des associés est limitée au montant de leurs apports. En cas de difficultés, les associés risquent de perdre leurs apports. Par contre, ils ne devront pas contribuer d’avantage.
  • En SNC, la responsabilité des associés est indéfinie et solidaire. Cela signifie que chaque associé est tenu solidairement de toutes les dettes sociales envers les tiers.

La forme juridique de l’entreprise et l’organisation

Lorsqu’un projet de création d’entreprise réunit plusieurs associés, la création d’une société est indispensable. Plusieurs options sont possibles : SNC, SAS, SARL…

Chaque statut juridique obéit à des règles d’organisation qui lui sont propres, notamment au niveau des organes de direction, des organes de contrôle et des modalités liées aux mouvements de titres. Voici deux exemples qui illustrent ces différences :

  • l’entrée de nouveaux associés au capital d’une SARL est encadrée de plein droit par une procédure d’agrément, alors que ce n’est pas le cas dans les SAS.
  • Il est possible de créer plusieurs catégories d’actions dans les SAS. Dans les SARL, il ne peut y avoir qu’une seule catégorie de parts sociales.

En fonction des souhaits d’organisation exprimés par les associés fondateurs, un statut juridique peut être plus adapté qu’un autre. Sur ce sujet, les conseils d’un professionnel (comme un avocat en droit des affaires) permettront de faire les bons choix.

La forme juridique de l’entreprise et la sécurité sociale des dirigeants

La forme juridique d’une entreprise détermine les règles à suivre au niveau du régime de sécurité sociale des dirigeants. Parfois, le pourcentage de participation des dirigeants associés doit être pris en compte. Voici ce qu’il faut retenir à ce sujet :

  • En entreprise individuelle, l’entrepreneur est affilié à la sécurité sociale des indépendants.
  • En EURL, le gérant associé unique est affilié à la sécurité sociale des indépendants. Le gérant non associé est affilié au régime général de la sécurité sociale lorsqu’il est rémunéré.
  • En SARL, les gérants associés majoritaires sont affiliés à la sécurité sociale des indépendants. Les autres gérants sont affiliés au régime général de la sécurité sociale lorsqu’ils sont rémunérés.
  • En société par actions (SAS, SA), les dirigeants sont affiliés au régime général de la sécurité sociale lorsqu’ils sont rémunérés.
  • En SNC, tous les associés sont affiliés à la sécurité sociale des indépendants.

À lire également sur la forme juridique de l’entreprise :

Pierre Facon

Fondateur du site Le Coin des Entrepreneurs. Dirigeant d'une société spécialisée dans l'édition et la gestion de sites internet sur la création, la reprise et la gestion d'entreprise. Conseiller et expert en création d’entreprise.



Poster un commentaire

Nous ferons de notre mieux pour vous répondre dans des délais raisonnables. Vous pouvez demander à tout moment la rectification ou la suppression de vos informations à caractère personnel : Nous contacter


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par F.C.I.C Médias web pour entrepreneurs
vulputate, libero ut accumsan elit. nec commodo Sed libero odio dolor