Index » La reprise / transmission d'entreprise » Etapes de la reprise » Prévisionnel » Le volet financier du plan de reprise d’entreprise

Le volet financier du plan de reprise d’entreprise

Dans le cadre d’une opération de rachat d’entreprise, le repreneur doit établir un plan de reprise qui comportera notamment un volet financier. 

Voici quelques explications sur cette partie financière et quelques conseils pour l’établir.

dossier financier d'un rachat d'entreprise

Le dossier financier d’une reprise d’entreprise

Le rachat d’une entreprise implique de réaliser un prévisionnel financier dans le cadre de l’élaboration du plan de reprise :

  • pour s’assurer que le projet mené est fiable et rentable,
  • pour vérifier que le montage financier est équilibré, l’entreprise génère-t-elle suffisamment de résultat pour faire remonter des dividendes ?,
  • et pour solliciter des financements externes.

Le contenu du dossier financier d’une reprise d’entreprise

Le dossier financier d’une opération de reprise d’entreprise doit au moins contenir :

Comment établir le dossier financier d’une reprise d’entreprise ?

Le dossier financier d’un rachat d’entreprise démarre par la reprise des dernières informations comptables obtenues. Il peut s’agir des comptes annuels du dernier exercice clos ou d’une situation intermédiaire.

Ensuite, il faut auditer toutes les informations qui figurent dans ces états, lister ce qu’il faut reprendre ou modifier et ce qui disparaîtra, et incorporer les éléments nouveaux liés au plan de reprise préparé. Le dossier financier d’une opération de rachat démarre de l’existant puis traduit financièrement le plan de reprise adopté.

Pour établir ce dossier, il est conseillé d’utiliser une application qui permet de préparer un prévisionnel financier correctement ou de se faire accompagner par un professionnel.

Les dépenses prévisionnelles

Au niveau des dépenses prévisionnelles, le travail à mener peut être découpé en plusieurs étapes :

  1. Récupération et analyse du dernier compte de résultat établi par le cédant ;
  2. Intégration de toutes les dépenses qui seront toujours d’actualité après le rachat de l’entreprise et modification éventuelle de certaines d’entre elles si des changements de prix sont prévus (suite à une renégociation, à un changement de fournisseur, à des choix opérationnels…) ;
  3. Intégration de toutes les nouvelles dépenses prévues suite à la reprise de l’entreprise (embauche d’un ou de plusieurs salariés, salaire du nouveau dirigeant, coût de restructuration, frais liés à la reprise, actions de communication, nouveaux contrats de location…) ;
  4. Suppression des postes de dépenses qui n’auront plus lieu d’être suite au rachat. C’est par exemple le cas de la rémunération de l’ancien dirigeant.

Pour qu’un plan de trésorerie sérieux puisse être réalisé en exploitant ces informations, il convient d’associer à chacune de ces dépenses :

  • un taux de TVA applicable, les achats et certaines dépenses étant reprise en TTC dans le plan de trésorerie,
  • une fréquence de règlement : mensuel, bimensuel, trimestriel, semestriel, annuel…
  • un délai de paiement : comptant, 30 jours…

Le chiffre d’affaires prévisionnel

Le chiffre d’affaires prévisionnel est une donnée que le repreneur d’entreprise a normalement travaillée lors du diagnostic de l’entreprise et de son marché. On peut par exemple prévoir :

  • Un maintien de l’activité ou une légère croissance, notamment lorsque l’entreprise a plusieurs années avec une activité assez stable ou lorsque le marché est mature,
  • Une croissance de l’activité lorsque l’opération s’inscrit dans une perspective de développement, lorsque l’entreprise est jeune ou a un profil start-up, lorsque le marché est nouveau…
  • Un chiffre d’affaires en baisse sur le premier exercice si il est prévu de refondre l’activité, de changer de concept…

Comme pour les dépenses, il convient d’associer à chaque catégorie de produits ou services vendus : un taux de TVA et un délai moyen de paiement.

Investissements et financements prévisionnels

Au niveau des investissements et des financements, le travail est similaire :

  1. on intègre les éléments d’actifs et de passif repris (créances, dettes, trésorerie, actifs immobilisés, capitaux propres),
  2. on intègre les nouveaux investissements prévus, les renouvellements de matériel…
  3. on incorpore les ressources financières apportées à l’entreprise suis à son rachat, les nouveaux emprunts contractés…

Il conviendra idéalement d’obtenir la liste des immobilisations, le plan d’amortissement et les échéanciers d’emprunts de la part du cédant pour compléter cette partie correctement.

L’emprunt nécessaire au rachat des titres ne doit pas être inclut dans le prévisionnel de la société achetée car il n’est pas contracté par celle-ci. Par contre, il faut inclure les remontées de résultat éventuellement prévues pour honorer les échéances de remboursement.

Si des dettes figurent en compte courant d’associé, il faut vérifier ce qui a été convenu entre les parties au sujet de ces sommes. Si un remboursement est prévu, il doit être intégré dans le prévisionnel.

Autres éléments à intégrer dans le dossier financier de reprise

Lorsque le montage financier implique des remontées de dividendes pour rembourser une dette contractée dans le cadre de l’opération, il faut penser à les inclure dans le dossier financier car ces distributions impacteront la trésorerie de l’entreprise.

En cas de création d’un holding, il se peut que des conventions occasionnant des flux avec la société opérationnelle rachetée soient prévues. Dans ce cas, le montage impacte également le prévisionnel.

Il est tout à fait possible de prévoir une période de transition durant laquelle le cédant va accompagner le repreneur dans sa prise de fonction, en étant indemnisé en contrepartie. Les montants devront alors être inclus dans les dépenses prévisionnelles.

Valider ou monter votre dossier avec un professionnel

Compte tenu des enjeux liés à une opération de reprise d’entreprise, il est préférable de se faire accompagner par un professionnel compétent.


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média