Index » La gestion d'entreprise » Gestion » Assurances » Garantie décennale et assurance dommages-ouvrage : pour qui, pourquoi ?

Garantie décennale et assurance dommages-ouvrage : pour qui, pourquoi ?

Depuis 1978 et l’entrée en vigueur de la loi Spinetta, chaque maître d’ouvrage est dans l’obligation de souscrire une assurance dommages-ouvrage pour toute nouvelle construction ou rénovation d’un bâtiment.

Une autre obligation pour ces mêmes travaux existe, cette fois  pour les professionnels du bâtiment. Ces derniers doivent souscrire une « garantie décennale ». Que couvrent ces assurances ? Quand et comment y souscrire ?

garantie décennale et assurance dommage ouvrage

La couverture de la garantie décennale

Dans l’univers du bâtiment, chaque nouvelle construction ou rénovation doit faire l’objet d’une couverture obligatoire par une assurance de garantie décennale. Elle permet d’imposer au constructeur la réparation des dommages liés aux malfaçons sur la solidité du bâtiment et des équipements indissociables pendant une durée de dix ans suivants la réception des travaux par le maître d’ouvrage.

Parmi les autres malfaçons prises en charge par les garanties décennales, on retrouve également les fissures importantes, l’affaissement d’un plancher, les défauts d’étanchéité, etc. La garantie décennale s’applique aux bâtiments qui ne répondraient pas aux normes obligatoires ou qui seraient classés comme inhabitables.

La couverture de l’assurance dommages-ouvrage

Une assurance dommages-ouvrage permet au maître d’ouvrage de bénéficier d’indemnités pour les dommages liés à la solidité du bâtiment et les autres malfaçons relevant de la garantie décennale et également l’abandon de chantier. Cette garantie spécifique entre en action dès la fin de la garantie construction imposée au constructeur la première année.

On entend par maître d’ouvrage celui à l’origine de la construction qui peut être soit le promoteur, le propriétaire de la construction, le mandataire, le particulier, l’entreprise ou un syndicat de copropriété.

L’avantage principal pour le maître d’ouvrage est que son assureur dédommagera l’assuré sans recherche de responsabilité, laquelle peut prendre des années. Le maître d’ouvrage pourra alors engager les réparations nécessaires grâce aux indemnisations perçues de suite. L’assureur en charge du contrat dommages-ouvrages demandera lui-même à l’assureur en charge de la garantie décennale le remboursement des sommes avancées.

La souscription de la garantie décennale et de l’assurance dommages-ouvrage

Si vous devez réaliser une construction ou effectuer des réparations dans un bâtiment, sachez que chaque professionnel du bâtiment est dans l’obligation de souscrire une assurance garantie décennale pour intervenir sur un chantier. Sans ce contrat d’assurance, le professionnel du bâtiment s’expose à des sanctions.

Pour trouver le bon contrat, vous pouvez utiliser un comparateur en ligne de garanties décennales. Notez que si aucun n’accepte de vous assurer, vous pourrez saisir le Bureau Central de Tarification. Ce dernier imposera à un assureur de vous proposer un contrat,  puisque cette assurance est obligatoire.

Concernant l’assurance dommages-ouvrage, c’est au maître d’ouvrage d’y souscrire. Même si elle ne prend effet qu’à partir de la deuxième année après réception des travaux, elle doit faire l’objet d’une souscription avant le commencement de ces derniers. Enfin, notez que l’assurance dommages-ouvrage n’est pas une extension de garantie de l’assurance multirisque habitation, mais bien un produit d’assurance spécifique à part entière.

 


L’équipe du coin des entrepreneurs

Informations et conseils sur la création, la reprise, la gestion et la transmission d’entreprise


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média