Index » La création d'entreprise » Formes juridiques » Le choix » Créer une entreprise seul, le choix du statut

Créer une entreprise seul, le choix du statut

La majeure partie des créations d’entreprises est constituée de projets conduits par une seule et même personne. Pour cela, les statuts possibles pour exercer l’activité sont nombreux : entreprise individuelle, auto-entreprise, EIRL, portage salarial, EURL et SASU.

Le coin des entrepreneurs vous présente dans ce dossier les caractéristiques de ces différents statuts et vous accompagne dans le choix de votre statut pour lancer seul votre entreprise.

Quel statut juridique choisir pour démarrer seul une entreprise ?

Créer une entreprise individuelle

La création d’une entreprise individuelle est l’option la plus simple pour démarrer un projet seul car elle ne nécessite pas de créer une structure juridique distincte (comme c’est le cas pour les sociétés unipersonnelles). Le patrimoine de l’entrepreneur et de l’entreprise sont confondus.

Voici les principales caractéristiques de l’entreprise individuelle :

Accès au statut : personnes physiques uniquement et une seule entreprise individuelle par personne
Capital social : sans objet
Responsabilité : illimitée, possibilité de protéger ses biens fonciers en effectuant une déclaration d’insaisissabilité chez un notaire
Fiscalité des bénéfices : impôt sur le revenu et prélèvements sociaux
Revenus : bénéfices, les rémunérations et les dividendes sont non applicables
Statut social : travailleur non salarié, cotisations calculées sur les bénéfices
Prises de décisions : par l’entrepreneur individuel, pas de formalités pour prendre une décision
Evolution du statut : option pour l’EIRL possible ou création d’une société puis fermeture de l’entreprise individuelle

L’entreprise individuelle est largement employée par les entrepreneurs qui exploitent seuls un fonds de commerce artisanal ou commercial de petite taille en général.

Opter pour l’auto-entreprise ou la micro-entreprise

L’entrepreneur individuel qui ne franchit certains seuils de recettes peuvent opter pour le régime de l’auto-entrepreneur et le régime micro, qui permettent :

  • de bénéficier du régime micro-social,
  • de bénéficier de prélèvement fiscal libératoire ou du régime micro-entreprise,
  • et d’être dispensé de comptes annuels et de tenue d’une comptabilité commerciale.

Les seuils de recettes sont les suivants :

  • 82 200 euros pour les activités de négoce et les prestations d’hébergement,
  • 32 900 euros pour les prestataires de services et les professionnels libéraux.

Créer une EIRL, entreprise individuelle à responsabilité limitée

L’EIRL est un statut récent qui se situe entre l’entreprise individuelle et l’EURL, qui est une société unipersonnelle. Il s’agit d’un statut accessible aux entrepreneurs individuels, dont l’option se matérialise par le dépôt d’une déclaration d’affectation.

Contrairement à l’entreprise individuelle, l’EIRL peut opter pour l’impôt sur les sociétés et l’entrepreneur bénéficie d’une responsabilité limitée au montant du patrimoine affecté.

Voici les principales caractéristiques de l’EIRL :

Accès au statut : personnes physiques uniquement et une seule EIRL par personne
Capital social : sans objet
Responsabilité : limitée aux biens affectés à l’entreprise via la déclaration d’affectation
Fiscalité des bénéfices : impôt sur le revenu et prélèvements sociaux si l’EIRL est à l’IR, impôt sur les sociétés si l’EIRL est à l’IS
Revenus : bénéfices si l’EIRL est à l’IR, rémunérations et dividendes si l’EIRL est à l’IS
Statut social : travailleur non salarié, cotisations calculées sur les bénéfices si l’EIRL est à l’IR ou sur les rémunérations et une partie des dividendes* si l’EIRL est à l’IS
Prises de décisions : par l’entrepreneur individuel, pas de formalités particulières pour prendre une décision
Evolution du statut : création d’une société puis fermeture de l’EIRL

* la quote-part des dividendes qui excède 10% du patrimoine d’affectation est intégrée dans l’assiette de calcul des cotisations sociales.

Exercer en EIRL permet également d’opter pour le régime de l’auto-entrepreneur, on parle dans ce cas de l’auto-entrepreneur à responsabilité limité (AERL), et pour le régime micro.

Pour aller plus loin sur l’intérêt de ce statut, nous vous conseillons cet article : pourquoi créer une EIRL ?

Opter pour le portage salarial

Le portage salarial est un mode d’exercice différent des précédents car il ne consiste pas à créer une entreprise, mais à être employé par une entreprise de portage pour exercer ses missions. Ce montage permet d’être assuré contre le risque chômage.

L’entreprise de portage salarial embauche le salarié porté, qui exerce son activité en toute autonomie. L’entreprise de portage se charge de facturer les clients du salarié porté, puis lui reverse les gains facturés, après déduction d’une commission, sous forme de rémunérations avec une fiche de paie.

Voici les principales caractéristiques du portage salarial :

Accès au statut : personnes physiques uniquement avec une activité de prestation de services
Capital social : sans objet
Responsabilité : sans objet
Fiscalité des bénéfices : sans objet, la personne est employée par l’entreprise de portage salarial
Revenus : rémunérations versées par l’entreprise de portage salarial
Statut social : salarié affilié au régime général, avec l’assurance chômage
Prises de décisions : sans objet
Evolution du statut : stopper le portage salarial et créer une entreprise

Pour plus d’informations sur ce mode d’exercice :

Créer une EURL (SARL avec un associé unique)

L’EURL, entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée, est une SARL avec un seul associé. Il s’agit donc d’une société unipersonnelle.

Ce statut nécessite donc de procéder à la création de société, il y aura donc une personnalité morale qui détient un patrimoine distinct de celui du chef d’entreprise. Ce dernier est affilié au régime des travailleurs indépendants (ou TNS) et sera donc redevable de cotisations sociales même en l’absence de rémunérations. Son conjoint pourra éventuellement intervenir en qualité de conjoint collaborateur (pas rémunéré mais bénéficie d’une protection sociale), de conjoint salarié ou de conjoint associé (il s’agira alors qu’une SARL).

Une EURL ne peut pas opter pour le régime de l’auto-entrepreneur ou le régime micro.

Voici les principales caractéristiques de l’EURL :

Accès au statut : personnes physiques et personnes morales. Possibilité de créer plusieurs EURL
Capital social : oui, aucun minimum obligatoire, constitué d’apports en numéraire et/ou d’apports en nature
Responsabilité : limitée au montant des apports effectués*
Fiscalité des bénéfices : impôt sur le revenu et prélèvements sociaux si l’EURL est à l’IR, impôt sur les sociétés si l’EURL est à l’IS
Revenus : bénéfices si l’EURL est à l’IR, rémunérations et dividendes si l’EURL est à l’IS
Statut social : travailleur non salarié, cotisations sociales calculées sur les bénéfices si l’EURL est à l’IR ou sur les rémunérations et une partie des dividendes** si l’EURL est à l’IS
Prises de décisions : par le gérant associé unique, les décisions incombant à l’associé font l’objet de décisions unilatérales retranscrites dans un registre coté et paraphé
Evolution du statut : passage en SARL suite à laquelle de nouveaux associés ou transformation en une autre forme de société

* le capital social d’une EURL peut être constitué par des apports en numéraire et/ou des apports en nature.

** la quote-part des dividendes qui excède 10% du total suivant : (capital social + prime d’émission + sommes versées en compte courant d’associé) est intégrée dans l’assiette de calcul des cotisations sociales.

Créer une SASU (SAS avec un associé unique)

La SASU, société par actions simplifiée unipersonnelle, est une SAS avec un seul associé. Il s’agit donc, comme l’EURL, d’une société unipersonnelle.

Ce statut nécessite donc de procéder à la création de société, il y aura donc une personnalité morale qui détient un patrimoine distinct de celui du chef d’entreprise. Ce dernier sera affilié au régime général de la sécurité sociale dès lors qu’il est rémunéré et pourra éventuellement employer son conjoint en qualité de salarié ou d’associé (il s’agira alors d’une SAS).

Comme l’EURL, la SASU ne peut pas opter pour le régime de l’auto-entrepreneur ou le régime micro.

Voici les principales caractéristiques de la SASU :

Accès au statut : personnes physiques et personnes morales. Possibilité de créer plusieurs SASU
Capital social : oui, aucun minimum obligatoire, constitué d’apports en numéraire et/ou d’apports en nature
Responsabilité : limitée au montant des apports effectués*
Fiscalité des bénéfices : impôt sur les sociétés si la SASU est à l’IS, impôt sur le revenu et prélèvements sociaux si la SASU est temporairement** à l’IR
Revenus : rémunérations et dividendes si la SASU est à l’IS, bénéfices si la SASU est temporairement à l’IR
Statut social : dirigeant assimilé salarié, sans l’assurance chômage. Cotisations sociales calculées sur les rémunérations.
Prises de décisions : par le président associé unique, les décisions incombant à l’associé font l’objet de décisions unilatérales retranscrites dans un registre coté et paraphé
Evolution du statut : passage en SAS suite à laquelle de nouveaux associés ou transformation en une autre forme de société

* le capital social d’une SASU peut être constitué par des apports en numéraire et/ou des apports en nature.

** Une SASU peut opter temporairement pour le régime des sociétés de personnes pendant une durée maximum de 5 exercices.

La SASU est souvent employée pour les entrepreneurs qui n’ont pas besoin de se verser une rémunération mais plutôt de prendre des dividendes, ou qui souhaitent être affiliés au régime général pour leur protection sociale.

Pour aller plus loin sur l’intérêt de ce statut, nous vous conseillons de lire cet article : pourquoi créer une SASU ?

Le choix du bon statut pour créer une entreprise seul

Lorsque l’on entend démarrer seul une entreprise, plusieurs options sont donc possibles. En plus de définir le cadre juridique de l’exercice de l’activité, le choix effectué a un impact en matière de fiscalité et de protection sociale.

Il est donc nécessaire d’étudier la question avec beaucoup de précautions et, en présence de doutes ou pour valider votre choix, de vous faire accompagner par un professionnel qui sera vous aiguiller.

En cas de besoin, nous vous proposons de rencontrer gratuitement un de nos partenaires de confiance près de chez vous :

Rencontrer gratuitement un expert-comptable

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise. Conseiller en création d’entreprise


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média