Index » La gestion d'entreprise » Droit des sociétés » Modifications » Le changement d’objet social d’une société

Le changement d’objet social d’une société

Bannière-JAL

Pour divers motifs, une société peut décider de changer son objet social. Voici un guide d’information sur la procédure à suivre pour un changement d’objet social ainsi que sur les conséquences fiscales et sociales de cette modification.

changement d'objet social

Qui a le pouvoir de décider le changement d’objet social ?

L’organe compétent pour décider un changement d’objet social est normalement l’assemblée générale extraordinaire des associés étant donné que cela entraîne une modification des statuts. Toutefois, les SAS peuvent s’organiser autrement.

La décision de changer l’objet social en SAS / SASU

Pour un changement d’objet social, les statuts de SAS ou de SASU peuvent conférer le pouvoir de décision soit au président, soit aux associés, soit à un autre organe désigné dans les statuts. Ce pouvoir est la plupart du temps attribué aux associés, la décision étant prise en assemblée générale extraordinaire.

La décision de changer l’objet social en SARL / EURL

Dans les SARL, c’est l’assemblée générale extraordinaire qui est compétente pour décider un changement d’objet social. Si la SARL ne comporte qu’un seul associé, c’est à ce dernier de décider le changement d’objet social.

La procédure à suivre pour le changement d’objet social

Le changement d’objet social d’une société commerciale implique les travaux suivants :

  1. Convocation et réunion d’une assemblée pour décider le changement d’objet social,
  2. Rédaction d’un procès-verbal d’assemblée,
  3. Mise à jour corrélative des statuts,
  4. Publication d’un avis de modification dans un journal d’annonces légales,
  5. Réalisation des formalités subséquentes auprès du centre de formalité des entreprises (CFE),
  6. Le cas échéant, transmission d’une déclaration des résultats à l’administration fiscale.

Le procès-verbal décidant le changement d’objet social comporte notamment :

  • une résolution de modification de l’objet social, qui indique l’organe qui décide, la date du changement et le nouvel objet,
  • puis l’indication que les statuts sont modifiés en conséquence : « En conséquence, l’article n°… des statuts est modifié comme suit : … »

L’avis de modification publié dans un journal d’annonces légales doit contenir les informations suivantes :

  • informations sur la société : forme juridique, dénomination sociale, sigle, capital social, adresse du siège, numéro d’inscription au RCS et ville du greffe,
  • organe ayant pris la décision de changer l’objet social,
  • date de la décision de changer d’objet social et date d’effet,
  • et nouvel objet social.

En cas de besoin, nous vous proposons un service de publication d’annonces légales en ligne efficace et à prix réduit :

annonce légale

Une fois que votre demande est envoyée, vous recevrez en retour un justificatif de demande d’insertion d’un avis de constitution dans un journal d’annonces légales.

Pour finir, les pièces suivantes doivent être déposées au CFE :

  • un exemplaire du procès-verbal d’assemblée constatant la décision de modification, ou le cas échéant en SAS, du procès-verbal de décision de l’organe disposant du pouvoir de modifier l’objet social,
  • une copie certifiée conforme des statuts mis à jour,
  • un formulaire M2 si la modification concerne les activités principales de la société,
  • si le représentant légal ne signe pas lui-même le formulaire M2, un pouvoir en original signé par ce dernier,
  • une attestation de parution d’un avis de modification dans un journal d’annonces légales (à faire mais à ne pas déposer au CFE si le changement ne modifie pas les activités principales),
  • si la nouvelle activité est réglementée : la copie du diplôme, du titre ou de l’autorisation d’exercice.

Les conséquences du changement d’objet social

Un changement d’objet social peut avoir des conséquences fiscales et sociales. Juridiquement, aucun changement important autre que celui de l’objet social n’est à signaler.

Les impacts fiscaux de la modification

Fiscalement, un changement d’objet social entraîne les conséquences d’une cessation d’activité quand il s’accompagne d’un changement d’activité réelle.

Le changement d’activité réelle s’entend notamment de l’adjonction, de l’abandon ou du transfert d’activité entraînant, au titre de l’exercice de sa survenance ou de l’exercice suivant, une variation positive ou négative de plus de 50 % par rapport à l’exercice précédent :

  • soit du chiffre d’affaires de la société,
  • soit de l’effectif moyen et du montant brut des éléments de l’actif immobilisé.

Les conséquences fiscales de la cessation d’activité sont :

  • l’imposition immédiate des bénéfices en cours, des bénéfices en sursis d’imposition (provisions antérieurement constatées et plus-values en sursis d’imposition) et des plus-values sur les éléments de l’actif immobilisé réalisées ou constatées à l’occasion du changement,
  • la perte du droit du report des déficits subis avant le changement.

Les entreprises affectées par un changement d’activité doivent souscrire une déclaration de résultats dans le délai de soixante jours à compter de l’événement provoquant la cessation d’entreprise.

Toutefois, en l’absence de création d’une personne morale nouvelle, la société peut bénéficier d’un sursis d’imposition si ces conditions sont remplies :

  • aucune modification n’est apportée aux écritures comptables,
  • l’imposition des bénéfices, des plus-values et des profits sur stock demeure possible suite au changement.

Les impacts sociaux de la modification

Le changement d’objet social peut entraîner une modification de la législation sociale applicable lorsque la nouvelle activité relève d’une autre convention collective, d’un autre accord de branche…

Pour les sociétés ayant des dirigeants affiliés au régime des travailleurs indépendants, le changement d’objet social peut entraîner un changement d’affiliation si l’activité nouvelle relève d’une autre catégorie (par exemple activité ancienne de nature commerciale et activité nouvelle de nature libérale).

 


Pierre FACON – Webmaster du coin des entrepreneurs

Dirigeant de F.C.I.C, édition et gestion de sites sur la création et la gestion d’entreprise.
Conseiller en création d’entreprise


Poster un commentaire

Compte tenu de vos nombreux commentaires, nous ne vous garantissons pas une réponse immédiate. Vous pouvez aussi obtenir de l'aide en utilisant notre forum : accès au forum


Copyright © SARL F.C.I.C numéro 00054488 - Le Coin des Entrepreneurs - création, reprise et gestion d'entreprise - Marque déposée à l'INPI - Édité par FCIC Média